Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 14:02

 

Atelier permanent de Lectures et d’écoute 

 

«à voix haute et nue»© 

 

Michèle Venard lit  

 

Jeudi 2 avril à 19h30 précises

 

PAUL GADENNE

 

 

 

Théâtre Pandora

30, rue Keller 75011 code 32 56

75011 Paris  métro Bastille

 

renseignements complémentaires et réservations conseillées

        enperce@free.fr

 

Auteur d’une œuvre feutrée et intrigante, Paul Gadenne est né le 4 avril 1907 à Armentières ville située sur la frontière belge et particulièrement exposée aux aléas des deux conflits mondiaux. Ainsi Paul Gadenne connaîtra deux exodes et sera deux fois déplacé à l’intérieur d’un même territoire.

Agrégé de lettres classiques, il enseigne mais touché par une tuberculose pulmonaire compliquée d’une tuberculose rénale il travaille néanmoins à ses romans Siloé (paru en 1941) qui sera suivi, publiés chez Gallimard du Vent noir (1947) puis de La Rue profonde (1948), de L'Avenue (1949), La Plage de Scheveningen, (1952), L'Invitation chez les Stirl (1955).

En 1940 la débâcle contraint la famille Gadenne revenue à Armentières à un nouvel exil et Paul rejoint ses parents à Bayonne où ils se sont réfugiés. En 1951 il épouse Yvonne Parison rencontrée en 1945 et qui, à sa mort, s’occupera de ses manuscrits. Le couple s’installe alors à Cambo les Bains dans le pays basque où Paul Gadenne mourra le 1er mai 1956 après une longue agonie. Dix-sept ans après sa mort Les Hauts-Quartiers paraissent en 1973.

Paul Gadenne a écrit des Nouvelles, un recueil de Poèmes posthumes, et des réflexions sur l’art d’écrire et le métier de romancier.( extrait de la notice bio remise aux spectateurs)

 

Michèle Venard lira des Nouvelles désormais rassemblées sous le titre de Scènes dans le château (1986).

Elle lira notamment Baleine où, dans un monde en décomposition et privé d’espoir, Paul Gadenne introduit l’irruption du miracle.

Baleine a été publiée pour la première fois en 1949 dans la revue Empédocle par Albert Camus.

 



 

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 10:08
                           ATELIER PERMANENT DE LECTURES ET D’ÉCOUTE 
 
«À VOIX HAUTE ET NUE»© 
 
Michèle Venard lit 
 
Jeudi 5 mars  à 19h30 précises ( durée 55’)
Richard Millet

"J'ai traversé tant de ténèbres que la nuit a pour moi la douceur du jour;

une force immense me pousse, malgré l'angoisse, le doute, la peur; écrire,

ce n'est rien d'autre que rire dans la nuit, juste avant l'aurore. "

L’Opprobre. Essai de démonologie,

 

On peut écrire comme on prie, avec ferveur, sérénité ou désespérément vouant sa louange muette à l'éclat secret de la langue, non par effusion ou vertige mais en un pur élan. 

Le Sentiment de la langue

 

Je pensais que la littérature était immortelle, que la langue française, la France étaient immortelles.

Je m’aperçois que tout cela est non seulement mortel, mais quasi mort. Orwell avait déjà noté que la destruction d’une syntaxe était concomitante à la destruction d’un système politique. Une ère inculte s’annonce.

 

 

 

 

 Michèle Venard lira deux nouvelles tirées de Coeur Blanc : L'Offrande méridienne et Noces à Liginiac et des textes brefs de La Voix et l'ombre    ( durée de la séance 55')

    

 

Théâtre Pandora

30, rue Keller 75011 code 32 56  

75011 Paris  métro Bastille  

Réservations obligatoires et renseignements complémentaires  enperce@free.fr


  

 durée de la séance 55' environ. 

 

Ce que dit la presse :(annoncé ou commenté dans Les Petites Brèves, Quinzaine Littéraire, le Quotidien du Médecin, ou dans Le Figaro , Défi Culturel ; Radio Libertaire )

 

"Michèle Venard, metteur en scène et lectrice particulièrement inspirée, propose la redécouverte de nouvelles puissantes et belles d'Herman Melville."

« Aujourd’hui dernier épisode de la lecture de Michèle Venard du Journal que Paul Claudel tenait encore trois jours avant sa mort. C’est à 19h. Pour une heure dense.»

 « Yourcenar en lecture : Michèle Venard, metteur en scène et comédienne, propose des lectures d’écrivains sensibles. Après Patricia Highsmith, c’est Marguerite Yourcenar dont elle lira des nouvelles. »

« Nouvelles de Maupassant : Michèle Venard poursuit son cycle très intéressant de lectures et vous fait entendre les pleins et déliés de nouvelles de Maupassant, exercice où elle excelle »

« Venard lit Poe : Poursuivant sa série de lectures de nouvelles, Michèle Venard propose une escapade du côté d’Edgar Poe dans la traduction de Charles Baudelaire … Toutes pages que la lecture de Michèle Venard éclaire avec intelligence et sensibilité. »

« Les mystères Highsmith : Lorsqu’on entend ses nouvelles en lecture, on est saisi par la puissance sarcastique et désespérée de son inspiration. Michèle Venard revient à Patricia Highsmith en nous offrant quelques uns de ses textes en une lecture précise et tenue, une lecture éclairante. Un beau moment à partager. »

« Mishima à voix haute : …Un moment de grande émotion car une belle lecture c’est aussi bien qu’un spectacle et cette femme de théâtre, metteur en scène et comédienne, le sait. »

"Metteur en scène, essayiste, formatrice, Michèle Venard est aussi lectrice ardente de grands textes. Elle reprend cette année son cycle au Théâtre Pandora avec de subtiles nouvelles de Virginia Woolf"

"Michèle Venard propose dans le cadre de lectures "à voix haute et nue" une séance consacrée à Stefan Zweig "seul l'extraordinaire nous élargit l'esprit " écrit-il... écouter de grands textes nous élargit aussi."

"Connaissez-vous La Ruine de l'Humaité, Le Pitre, le Pique-Nique, la Revanche de Tarzan ? Et pourtant ce sont des titres de Nouvelles  romaines écrites par Moravia l'un des plus grands auteurs contemporains  que lira  Michèle Venard"

"Michèle Venard : Jorge Luis Borges "à voix haute et nue"

Comédienne, metteur en scène, essayiste, formatrice, Michèle Venard poursuit avec intelligence son travail sur de grands auteurs. Elle les connaît. Elle les a lus. Elle propose, une fois par mois, une lecture publique de certaines pages des auteurs qu'elle nous dévoile, nous éclaire, nous rend plus proches et plus beaux encore.Cette semaine, c'est Jorge Luis Borges qu'elle lira. "Avec Borges, très cérébral pour une lecture à haute voix qui me faisait tourner en rond lors des séances de répétitions, j'ai eu des difficultés que j'aime infiniment à résoudre. Pour l'approcher, et casser cet esprit de sérieux, être à l'aise avec lui, je suis passée par la description hénorme et hors norme, irrévérencieuse, qu'en fait Gombrowicz dans les premières pages de Trans-Atlantique." dit-elle. Elle lira donc des nouvelles de  L'Autre et Le Miroir et le masque, du Livre de sable, et de L'Aleph, traduit par Roger Caillois, La Quête d'Averroès et L'Attente." Armelle Héliot Le Figaro

Jeudi soir à 19h, Michèle Venard lisait Pierre Jean Jouve au théâtre Pandora. Grâce à un assemblage d'extraits judicieusement choisis, envolez-vous dans l'univers de l'auteur et oubliez votre belle-mère! Le dialogue intime que vous instaurerez avec l'oeuvre vous permettra de vous l'approprier au fil d'une lecture tendre ou forte selon les accents de l'auteur et de la lectrice. Ces cinquante-cinq minutes emprunteront discrètement le chemin de votre cœur pour vous faire vivre une expérience riche et plus encore: une belle aventure littéraire ! Passionnés de littérature, venez vous passionner ! Raphaël Jodeau Défi Culturel

 

sur des réactions très nombreuses, quelques témoignages d'auditeurs

 

"Michèle Venard lit avec élégance et sûreté" Jean Gillibert

"J'ai assisté vendredi dernier à un merveilleux spectacle au Théâtre Pandora, 30 rue Keller, près de la Bastille. Michèle  Venard y lisait des nouvelles de Gombrowicz. Sans le secours d'aucun artifice sonore, "à voix haute et nue", elle a enchanté l'auditoire. Elle a fait passer dans sa voix enjouée toute l'ironie et la profondeur du grand écrivain polonais. Ce n'est pas le premier spectacle de Michèle Venard auquel j'assiste : elle se produit régulièrement à Paris et a un public fidèle" Christian Lançon écrivain
"Le remarquable Atelier Permanent de Lectures et d'écoute "à voix haute et nue" Soizic Moreau, alors adjointe à la Culture du Maire du 11ème

"Bonjour madame, Maître Philippe Mounier à l'appareil. J'ai assisté hier au Petit Hébertot à votre lecture "à voix haute et nue" et je voulais vous féliciter parce que vraiment j'ai passé une heure délicieuse. Non seulement vous mettez le contact avec le public ce qui est la moindre des choses pour un comédien mais en plus vous mettez une véritable osmose entre le texte et le public et entre les livres et le public. Et d'ailleurs, quand vous avez salué, vous avez montré les livres qui étaient sur la table. J'espère vous entendre à nouveau. Bonsoir Madame".

"Encore merci pour cette soirée au Petit Hébertot ! Cela m'a réjouis l'esprit de vous entendre encore une fois nous faire découvrir des nouvelles. J'espère que cette aventure se poursuivra longtemps" Albane Salleron

"Le choix des textes, la virtuosité mais aussi la chaleur, le bonheur de donner à entendre tout était parfait. J'étais très heureuse de faire partager ce moment à mon frère, grand lecteur de nouvelles dans sa campagne profonde et lointaine. Merci encore " Edith Garraud

Merci pour ces excellents moments passés au Petit Hébertot jeudi soir : le choix des lectures était judicieux (notamment avec la virgule de la MèreOuin Ouin de Gillibert qui était là, nous a-t'il semblé), le rythme et le ton toujours aussi parfaits. La salle était captivée et tu as eu un beau et sincère succès. Bravo mille fois,  Jean-Louis Joliot

"C'est sobre et captivant. Je suis assez avare de compliment pour le faire avec toute ma sincérité. C'est du très beau travail. Jean-François Torre  

"Chère Michèle, Je suis avec une attention vraiment admirative le déroulé du programme du "Théâtre en Perce". Tenez bon, malgré la Ville, qui comprendra peut-être un jour son erreur". Robert Abirached

"Nous ne nous sommes pas vus à la fin de ta magnifique lecture mais je tenais à te dire que j'ai passé un agréable moment. Je dois reconnaître que j'avais un peu "peur" en venant... écouter lire. Mais tu sais véritablement faire vibrer les textes et le temps passe alors trop vite. Alors un grand bravo et à très bientôt". Fabien Lagriffoul

"Bravo encore pour cette lecture, je t'ai trouvée époustouflante. Son style convient bien à ton côté un peu guerrier, une façon précise, ciselée, énergique qu'a ta voix pour faire sonner ses mots. Quand je pense que je n'avais aucune idée de cet écrivain! "Ariane Dubillard

"Votre voix enchante les mots" Georges Brunon

"Quelle lecture forte hier soir. Tu nous a plongé dans cette atmosphère de guerre et d'après-guerre. La fin de ta première nouvelle m'a rappelé les Damnés de Visconti (ce couple qui se suicide dans le luxe à la fin du film).J'ai bien aimé aussi la lettre de défense de son livre "Vie et Destin" de Grossman à Khrouchtchev: terrible et poignant! Cécilia a beaucoup apprécié aussi, délicieux à écouter! " Julie Denoix

"Je n'ai pas pu te dire au revoir hier après ta remarquable lecture de la pièce de Gillibert et la discussion qui l'a suivie. Ton enthousiasme, ton admiration pour ce grand auteur me touche et me stimule. J'ai été très heureuse de travailler avec toi et de découvrir et de rencontrer Jean Gilibert." Catherine Chauvières

"La lecture des nouvelles de la grande Marguerite Yourcenar fut excellente. Tu lis à merveille." Francis Rossi

"Merci pour cette nouvelle séance de lecture. Ça pourrait devenir comme une drogue (je viens d'arrêter de fumer). Je ne connaissais pas Julien Gracq. C'est délicat, élégant, et sûrement très difficile à lire à voix haute. Tu as su nous entraîner dans ses méditations avec l'énergie de ton enthousiasme. C'est bon de rentrer chez soi avec ce petit plus à l'âme. Merci de continuer à m'envoyer ton programme ! A bientôt." Anne Manet-Dougnac

"Nous nous sommes si peu vu hier que je ne t'ai pas assez dit combien j'ai aimé ces lectures et en particulier celle de Giono, sans doute parce que mon grand-père était cordonnier et anarchiste et grand lecteur autodidacte, dans un petit village du sud-ouest de 3000 habitants, je l'ai très peu connu, mais ta lecture me ramenait à des souvenirs de ma saga familiale. Merci." Edith Garraud

"Grâce à quoi nous avons connu l'exceptionnel moment très caché d'hier soir. Serais-je une privilégiée? "Aude de Kerros

"J'ai assisté à toutes tes séances et en t'écoutant, je ne me suis jamais ennuyé une seule fois. Tu réussis à créer une proximité avec l'œuvre et l'auteur nous devient familier et proche. La fluidité de lecture et ton aisance nous font entrer en contact avec l'univers particulier de chaque auteur et suscitent un climat propice à une écoute particulière et remarquable. Hier encore, avec Baudelaire." Christian Fischer

"Michèle Venard a une maîtrise parfaite de son art de la voix. La soirée du 5 janvier dernier, consacrée à des textes peu connus de Blaise Cendrars, a été une réussite absolue." Jean Paul Louis -Lambert

"Grâce à la très talentueuse Michèle Venard, j'ai pu me délecter ce soir au Théâtre des Deux rêves de la lecture de Witold Gombrowicz. Tous mes remerciements à Michèle Venard qui a donné beaucoup d'elle-même dans ce spectacle en expressivité, en débit de parole et surtout en supplément d'âme pour l'excellent moment partagé". Guilaine Depis

"Chère Michèle, Bravo ou brava,comme on dit en Italie. Tu as bien rendu le passage subreptice de l'inquiétude jusqu'à l'effroi dans le premier récit et le mordant burlesque de la satire. Le deuxième m'a moins plu un peu abstrait, mais bien rendu aussi. C'est un plaisir que d'entendre un texte ainsi éclairé. Ignorante qui n'avais jamais lu Gombrowicz je commence Ferdydurke et le passage sur les tantes me plaît bien,ce mépris de l'aristocratie de l'esprit pour la médiocrité." Annie Birga

"Ta lecture hier soir a été magistrale !! Tu n'arrêtes pas de m'étonner. A chaque fois, c'est une nouvelle surprise. Moi qui adore écouter !" Francis Rossi

Merci pour vos lectures qui permettent un passage au plus profond des oeuvres et de comprendre ce qui a échappé à une simple lecture " Pascal Sigoda

 

 

 

"Enthousiaste, et donc enthousiasmante, performance de la lectrice Michèle Venard hier soir. Edgar Poe bénéficiaire d'une double traduction : Baudelaire et Venard. Le vocabulaire, et le son porté par des yeux, une bouche et une coiffure. Les belles rousses hollywoodiennes en sont toute pâlichonnes". Jacques Grant

"Aux amis, je signale que la fort peu stalinienne Michèle ci-dessus a réussi à offrir de merveilleux spectacles théâtraux -Sade, Ubu, etc etc-avec ce qu'il y a de plus ferme pour seconder l'intelligence : l'ardeur. Et je ne parle pas de ses actuelles lectures mensuelles de nouvelles d'écrivains épatants : Poe, Kessel, Cendrars, Faulkner, etc,etc. Et Dickens le 1er décembre prochain". Jacques Grant

"Et j'ai adoré découvrir la gourmandise joyeuse et luxuriante de Blaise Cendrars dont tu as superbement capté rythme force et poigne !" Jeanne Carré

"Hier soir, vous nous avez prouvé une nouvelle fois quelle formidable lectrice vous êtes ! Vous avez fait avec les Histoires sanglantes des choses étonnantes que je n'avais jamais entendues - ni imaginées. Jean Paul Louis Lambert

"Nous avons apprécié votre façon de lire qui laisse toute place aux mots ,à leur musique et à la pensée ou au rêve. Et aussi vous féliciter de transmettre ce qui fait partie de l'essentiel. C'est un ancien prof de lettres qui a tenté une voie un peu parallèle,qui vous le dit." Annie Birga

"La lecture que tu as faite de Jean Gillibert  reste gravée dans ma mémoire et me stimule." Eric Auvray

"Loin de tout tapage et de toute aide, certains artistes poursuivent leur chemin sans faiblesse. Michèle Venard est de ceux la. Elle a fait depuis très longtemps de la lecture un grand art. Ecoutez -la." Armelle Héliot

"C'est merveilleux de vous ecouter dans la lecture de ces textes...ils reprennent vie comme des partitions oubliées, sorties d'un placard. Vous êtes un vrai chef d'orchestre, la pulsation de la main gauche, la sonorité, le swing, le tempo, les changements de vitesse et de rythmes, le rubato, sans parler de l'essence du message en soi. Fabuleux, et merci de m'avoir invité. " Jeffrey Grice pianiste et compositeur

"Ta lecture du Gravier des vies perdues a été une splendeur, dans le mouvement et dans le détail. Après des textes qui brassent idées et jugements, où l’auteur engage à pleine générosité la multiplicité de ses dons, tu as bien choisi le moment de nous abreuver d’un chant ! Antoinette Surun

Merci pour la belle lecture d'hier soir à laquelle vous avez si gentiment associé le souvenir de mon mari. Je ne connaissais pas ce livre d'Ossorguine que je lirai à l'occasion avec plaisir. J'espère pouvoir venir vous écouter pour Boulgakov. Jacqueline Catteau

L’émission Bibliomanie (Radio Libertaire, 89.4 FM) aime les voix singulières, les parcours hors-normes et les libertés sur paroles… Connue pour ses nombreuses mises en scènes, ses lectures radiophoniques et son sens de l’engagement artistique, Michèle Venard sera donc, entre 15 heures et 16h30, l’invitée de l’émission d’aujourd’hui, 30 janvier. Avec la complicité de son ami, le compositeur Alain Lithaud, nous prolongerons cette échappée belle du côté de l’art de nouvelle, de l’art de lecture dont Michèle Venard a su faire, avec le talent et la constance qu’on lui connaît, un art majeur. Alors, soyez nombreux à venir partager avec nous, en direct ou en différé, ce beau moment d’amitié littéraire !" Valère Marie Marchand

Écoute toi : Une fois lancée, tu es claire, ta pensée structurée, ton expression personnelle et spontanée, vivante : c'est intéressant, tu donnes envie de te connaître et d'en apprendre de toi.Tu as certainement encore et peut-être plus à présent une place à trouver, peut-être celle de qui ouvrirait aux grands auteurs ? "Quand je lis un texte, les gens ont envie de lire le livre".Pascal Jocteur Monrozier  

Quelques mots pour te dire combien, une nouvelle fois, j'ai appréçié tes très belles lectures. Tu sais donner à ta voix des sonorités étranges et évidentes à la fois, dures quand il le faut et si douces quand elle fait revivre, par exemple, cette âme innocente qui s'abandonne à l'amour avec une naïveté digne du plus grand respect. Tu sais constamment surprendre - et te surprendre, je pense - par des ruptures inattendues qui bousculent la logique grammaticale mais qui obéissent à la nécessité d'une parole qui se soumet à sa volonté d'affirmation et de profération. A la différence d'une certaine mode qui impose une neutralité que j'ai toujours ressentie comme voulant s'abstraire de toute émotion. Ton dire, lui, est toujours habité au contraire par une détermination dans laquelle frémissent des couches secrètes, faites de lumières et d'ombres et aux couleurs variées. On se laisse véritablement emporter dans des mondes divers où les mots jaillissent à plein et font advenir mille images. Sincèrement Pierre Bourduge

Ce qui m'a tant touchée dans ta lecture de Camus, c'est ce goût des mots que tu as su si bien rendre; ce lien si fort dans la méditerranée profonde entre joie de vivre, joie des corps et tragique de l'existence;Camus était un maître pour exprimer cela, et à travers ses textes philosophiques comme les détails de ses textes littéraires. Il me manque beaucoup. Michèle Fellous

Durant les années 50, au studio de la maison des lettres de la Sorbonne , je participais volontiers à des ateliers de lecture (enregistrés ) organisé par André Almuro Aussi, j'ai hate d'être en forme pour venir vous entendre car c'est la même étincelle. Pierre Boeswiller, compositeur.

 

 

 

Repost 0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 07:54

Atelier permanent de Lectures et d’écoute  

 

«à voix haute et nue»© 

 

Michèle Venard lit 

 

Jeudi 2 octobre à 19h30 précises ( durée 55’) 

 

albert camus 

 

«La vraie générosité envers l’avenir c’est de tout donner au présent»  

Albert Camus né le 7 novembre 1913 en Algérie alors Française dédiera son discours du Prix Nobel de Littérature (1957) à son instituteur de l’école du quartier populaire de Belcour, Louis Germain. Celui-ci avait su détecter les capacités de l’enfant destiné à travailler tôt pour gagner sa vie et l’avait fait entrer avec une bourse au lycée d’Alger afin d’y faire ses études qu’Albert Camus mena  brillamment. Il rédige en 36 un diplôme d’études supérieures en philosophie Métaphysique chrétienne et Néoplatonisme qui traite à travers Plotin et saint Augustin des rapports  de l’hellénisme et du christianisme.

Philosophe -Le Mythe de Sisyphe-, écrivain engagé- Révolte dans les Asturies (1936) lui vaudra à jamais cette réputation-, romancier -L’Etranger, (1942), La Peste (1947), La Chute(1956)-, dramaturge, -Le Malentendu (1944) Caligula (crée en 45), L’État de siège (crée en 1948), Les Justes (1949)-, essayiste -Noces (1939), L'Été(1954)-, journaliste, militant de la paix -deux jours après la destruction d’Hiroshima, par un éditorial resté célèbre, Albert Camus est le seul intellectuel occidental à dénoncer l'usage de la bombe atomique le 8 août 1945- il est encore l’auteur d’Actuelles I, Chroniques 1944-1948 , Actuelles II, Chroniques 1948-1953, Actuelles III, Chroniques algériennes, 1939-1958.

En octobre 1951, la publication de L'Homme révolté provoque de violentes polémiques où Camus est attaqué voire dénigré. En 1952, c’est la rupture radicale avec Jean-Paul Sartre.  L’école existentialiste avec une haine violente lui reproche de mener une révolte délibérément statique.

Face au camp fourni des partisans du totalitarisme, Albert Camus développe lui, un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine. Il pose comme réponse à l'absurde, la révolte, une révolte qui conduit à l'action et qui donne un sens au monde et à l'existence, et écrit-il, alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir .

Il est tué sur le coup dans un accident de voiture le 4 janvier 1960. Il avait 46 ans et venait d’acheter une ancienne magnanerie à Lourmarin où il avait retrouvé la lumière et les couleurs de son Algérie natale. (extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents à l'Association) 

 

Théâtre Pandora

30, rue Keller 75011 code 32 56

75011 Paris  métro Bastille

Tarif réduit pour les adhérents à l'Association

Repost 0
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 19:26

Atelier permanent de Lectures et d’écoute

«à voix haute et nue»©

Michèle Venard lit

Jeudi 3 octobre 2013 à 19h précises

 

GEORGES BERNANOS

 

Théâtre Pandora 30, rue Keller

75011Paris 

code 32 56 75011

 métro Bastille

Réservations obligatoires 01 42 39 21 61

Tarif réduit pour les adhérents 2013-2014 à l'Association

 

 

L’œuvre de Georges Bernanos,(1888-1948) immense écrivain et polémiste puissant, se développe selon deux grandes activités d'écriture qui tracent une histoire de la société française et de l’église : les fictions hantées par l'obsession de la présence du mal et de sa puissance, le combat spirituel, et les écrits politiques inspirés directement par l’Histoire vécue entre 1918 et 1948. Ses écrits de combat dénonceront avec véhémence la barbarie totalitaire, l'obscurcissement des valeurs chrétiennes, la perte du sens de l'honneur. Sa carrière littéraire débute en 1926 avec le succès de Sous le Soleil de Satan qui sera aussi celui de La Nouvelle histoire de Mouchette. En 1934, il s'installe avec sa famille-il aura six enfants- aux Baléares où la vie coûte moins cher. Dans cette période littérairement féconde, il écrit notamment L'Imposture (1927) suivi de La Joie, le limpide et épuré Journal d'un curé de campagne et son violent pamphlet anti-franquiste, Les Grands Cimetières sous la lune, prophétie des grandes catastrophes du siècle. Le 20 juillet 1938, la honte que lui inspire la faiblesse des politiques français face à l'Allemagne de Hitler le conduit à s'exiler en Amérique du Sud. Dès l'Appel du 18 juin, il écrit dans différents journaux pour défendre la France Libre du Général de Gaulle. Ses nombreux articles sont réunis sous le titre Français si vous saviez. C'est en Tunisie qu'il passe les deux dernières années d'une vie combattante. Il termine Monsieur Ouine et  Dialogues des Carmélites puis meurt le 5 juillet 1948 à l'hôpital américain de Neuilly. (extrait de la notice biographique remise aux spectateurs)

Michèle Venard lira la préface aux Grands cimetières sous la lune, deux nouvelles Madame Dargent et Pour préserver les lys publié le 17 mars 1907 dans la revue monarchiste le Panache, ainsi que des textes brefs tirés des écrits de combat

Durée 55'

 

Auteurs déjà lus une ou plusieurs fois en public (chaque séance est unique dans sa composition de Nouvelles et textes brefs) dans différents théâtres ou selon des commandes de particuliers ou de structures. Patricia Highsmith; Guy de Maupassant; Marguerite Yourcenar; Franz Kafka; André Hardellet; Gaston Bachelard; Paul Claudel; Léon Bloy; Bruno Schultz; Georges Bernanos; Dominique de Roux; Henry de Montherlant; Jean-Marie Turpin; Yukio Mishima; Edgar Poe; Auguste Villiers de l’Isle Adam; Anton Tchekhov ; James Joyce; Henry Le Bal; Henri Michaux; Witold Gombrowicz; Stendhal; Henry James; Paul Verlaine; Jean Gillibert; Virginia Woolf ; Stefan Zweig; Hans Christian Andersen; Luigi Pirandello; Alberto Moravia; Ernest Hemingway; Joseph Conrad; David-Herbert Lawrence; Herman Melville; Pierre Boudot; Knut Hamsun; William Faulkner; Pär Lagerkvist; Elsa Morante; Michel Tournier; Benjamin Péret; Julien Green; Jorge-Luis Borges; Tanizaki Junichiro; Ivo Andric; Joseph Kessel; Paul Morand; Yasunari Kawabata; Vassili Grossman; Jean Giono; Ambrose Bierce; Karen Blixen; Rainer-Maria Rilke; Julien Gracq; Jack London; Charles Baudelaire; Charles Dickens; Blaise Cendrars; Pierre Jean Jouve; Fédor Dostoïevski; Mario Vargas Llosa; Oscar Wilde; Ivan Bounine; John Steinbeck; André Gide; Joseph Roth; Djuna Barnes; Arthur Rimbaud;

 

"Michèle Venard lit avec élégance et sûreté" Jean Gillibert

 

"Loin de tout tapage et de toute aide, certains artistes poursuivent leur chemin sans faiblesse. Michèle Venard est de ceux là. Elle a fait depuis très longtemps de la lecture un grand art. Écoutez- la."  Armelle Héliot

Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 15:49

Paroles d’aujourd’hui :
Jean Gillibert

 

Au théâtre du Nord-Ouest :
13, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris

 

1er acte : mercredi 23 janvier 17h 20h30
Présentation du cycle et présentation du poète Jean Gillibert, médecin psychiatre et psychanalyste, homme de théâtre complet.
(in Présence de Jean Gillibert, par Michèle Venard, L’Harmattan).
Son oeuvre de traducteur et d’adaptateur de Dostoïevski, de Jouve, de Tolstoï, de Balzac...
Avec Jean-Paul Louis Lambert membre actif de la Société des Lecteurs de Pierre Jean Jouve
Discussion libre sur l’adaptation pour le théâtre des oeuvres littéraires.
Anna Karénine adapté par Jean Gillibert. Passage d’un extrait de La Mort d’Anna Karénine interprété par Laure Guizerix.
Vautrin, « valeur théâtrale du roman et les trois voix du personnage de Vautrin ».
Jean-Claude Penchenat, acteur et metteur en scène, témoigne de l’aventure artistique de Jean Gillibert au Campagnol,
de la Piscine au CDN dont Jean Claude Penchenat était le directeur.
Macbeth : Master classe ouverte et conduite d’acteurs par Jean Gillibert sur un choix de scènes de sa traduction de Shakespeare.
2e acte : mercredi 30 janvier 17h 20h30
Jean Nouveau lu par Michèle Venard : Introduction aux grands univers du théâtre de Jean Gillibert
La réalité au théâtre : Conférence de Jean Gillibert
Seize pages arrachées à « À coups de théâtre » publié chez Orizons, lues par Éric Auvray, Noémie Bianco, Ariane Dubillard, Christian Fischer, Édith Garraud, Laure Guizerix, Marie Sermonne...
3e acte : mercredi 13 février 17h 20h30
La Berlue : Lecture de sa pièce par Jean Gillibert et Marc-Olivier Sephiha (préface et didascalies lues par Michèle Venard)
« L’Autre théâtre » Entretien avec Marc-Olivier Sephiha (cf. livre d’Entretiens publié chez Phébus).
Libres échanges avec des témoins et acteurs de l’aventure artistique et théâtrale de Jean Gillibert.
4e acte : mercredi 20 février 17h 20h30
La Mort des Humes : Mise en lecture avec Jean Gillibert dans le rôle du Balayeur Satan, Christian Fischer et Michèle Venard
pour les didascalies, Ariane Dubillard, Édith Garraud, Jérémy Villain-Alberti...
Lecture précédée d’une présentation de sa pièce par Jean Gillibert, auteur de plus de cent vingt gestes théâtraux,
de quatre essais sur l’art de l’acteur et sur le théâtre, d’adaptations, de traductions, et de quarante pièces, trente publiées...

 

Ce projet, accueilli par le Théâtre du Nord Ouest, est mu par la volonté de chacun
de faire entendre la parole singulière d’un grand artiste du théâtre.

 

Merci d’annoncer votre venue en téléphonant au 01 42 39 21 61 ou par courriel à enperce@free.fr
Si vous souhaitez intervenir lors des séances comme témoin ou acteur, merci de nous l’indiquer très rapidement.


Repost 0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 17:22

Saga Dominique de Roux

( en travail)

 

Il crée à 18 ans L'Herne, revue ronéotypée, tirée à 300 exemplaires qui deviendra en 1961 Les Cahiers de l'Herne  (Cahiers René-Guy Cadou; Georges Bernanos; Céline 1 et Céline 2, Ezra Pound 1 et 2; Michaux; Ungaretti ; Lovecraft; Witold Gombrowicz; René Char; Lewis Carroll, Soljenitsyne;  Mao Tse Toung; Pierre Jean Jouve; Charles de Gaulle; Burroughs-Pélieu-Kaufman, Michaux; Louis Massignon;  Lovecraft; Gracq, Dostoïevski; Karl Kraus; Gustav Meyrink;  Thomas Mann; Poe, Jules Verne, Koestler et Raymond Abellio.

Directeur de la Collection Classique du XXème siècle aux éditions Universitaires, il fonde et dirige les éditions de l'Herne qui publieront dès 68 "Les écrits militaires de Marx et Engels", "Staline et la deuxième guerre mondiale", "L'Europe change de maître"…

Par ses essais il s'impose comme écrivain avec "La mort de L.-F Céline", "L'écriture de Charles de Gaulle", "L'ouverture de la chasse" "Contre Servan-Schreiber", "Gombrowicz", récit fulgurant de sa rencontre avec l'écrivain polonais, "Immédiatement" ( ouvrage censuré)  "Ne traversez pas le Zambèze", "La France de Jean Yanne", "Gamal Abdel Nasser"Ses romans se succèdent "Mademoiselle Anicet", "L'Harmonika-Zug", "Maison jaune", "Le Cinquième empire", "La Jeune fille au ballon rouge", "Le Livre nègre"

Conseiller littéraire au groupe des Presses de la Cité il est co-fondateur avec Christian Bourgois des éditions Bourgois, directeur littéraire des éditions Julliard et Plon et co-directeur avec Christian Bourgois de la collection de poche 10/18, bibliothèque de référence pour la littérature universelle.

Producteur à la Télévision française et réalise des émissions sur Pound, Jouve et Gombrowicz. En 1973, il effectue des grands reportages sur la guerre en Guinée Portugaise, en Angola, au Mozambique et devient le conseiller politique de Jonas Savimbi compagnon de Che Guevara et président du Mouvement pour la Libération de l'Angola. Il le seconde auprès de la presse internationale et des chancelleries en publiant plusieurs articles dans Le Monde et dans Le Figaro.

Dans le même temps, il crée la revue Exil

En 1974, édité à Lettera Amorosa, paraît son texte poétique Le Gravier des Vies perdues lié à son ultime rencontre avec Pound.

Le 25 avril 1974, il est à Lisbonne le seul écrivain journaliste présent, et couvre pendant une demi-journée la révolution des Œillets.

À partir de 1975, correspondant et envoyé spécial dans le monde portugais au bord de l'implosion et en proie à la guerre dans ses colonies de Guinée-Bissau, d'Angola, du Mozambique, Dominique de Roux poursuit son aventure politique en Afrique Australe aux côtés de Savimbi. Il crée les Dossiers H, aujourd'hui collection au sein des éditions de l'Age d'Homme afin de poursuivre L'Herne, ailleurs.

Victime d'un soudain accident cardiaque, il meurt à 42 ans, le 29 mars 1977, quinze jours après la publication de son dernier livre préfacé par Raymond Abellio.

Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 17:22

Michèle Venard lit

Jeudi 2 février   à 19h précises
Pierre Jean Jouve

Théâtre Pandora 30, rue Keller 75011 code 32 56 Paris métro Bastille
Réservations obligatoires 01 42 39 21 61
Tarif réduit pour les adhérents à l'Association

"Ma nature est sauvage et presque toujours insatisfaite."

Homme des ruptures, frère en poésie de Baudelaire et de Nerval, Pierre Charles Jean Jouve, grand prix de poésie de l'Académie Française en 1966, mort le 8 janvier 1976, est né le 11 octobre 1887 à Arras où il passe ses premières années. Dans son autobiographie, En miroir (1954), il a donné une image triste de son enfance. De santé fragile, il passe, adolescent, des années entre la musique et  la méditation douloureuse. Il cultive la solitude. "L'exil dont je veux parler maintenant est l'état d'exil intérieur et de proscription pour cause de nature, de tempérament, forme de pensée ou manière de vivre". À partir de 1921, après sa rencontre avec la future psychanalyste Blanche Reverchon il traverse une profonde crise spirituelle qui l'amène à rejeter en bloc toute l’œuvre publiée antérieurement.
C'est de 1925 à 1935 que Jouve a écrit la presque totalité de l'œuvre romanesque de sa "seconde vie" - Paulina 1880 (1925), Le Monde désert (1927), Aventure de Catherine Crachat (Hécate, 1928 et Vagadu, 1931), Histoires sanglantes (1932), La scène Capitale (Dans les années profondes et La Victime, 1935)- et ses recueils poétiques : Noces (1925-1931), Sueur de Sang (1933-1935) et Matière céleste (1936-1937). . Avec ses poèmes "témoins" et "prophétiques" Gloire (1940) et La Vierge de Paris, il sera un acteur reconnu de la résistance intellectuelle à l'oppression nazie. Il écrit Tombeau de Baudelaire, (1942) Diadème (1949), Ode  (1950), Proses (1960) et Moires (1962).  Son Don Juan de Mozart, est suivi par la rédaction  en 1953 avec le compositeur Michel Fano d'un autre important essai sur la musique du Wozzeck d'Alban Berg et selon la belle formule de Béatrice Bonhomme "il émigre vers sa Chine intérieure"……(extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et rédigée d'après le Site Pierre Jean Jouve de Béatrice Bonhomme et de Jean-Paul Louis Lambert et du Cahier de L'Herne de Dominique de Roux)

 Michèle Venard lira une nouvelle d'Hôtel - Dieu récits d'hôpital en 1915, des séquences
de   En miroir, La scène Capitale,  et de Proses ("La voix, le sexe et la mort") et Le Bois des Pauvres.

 

Merci cher ami; pour cette relance.
Je fais demain dimanche la dernière répétition chronométrée.
Il me semble que la progression est bonne. J'ai trouvé la manière, il me semble, de me tenir à la fois à distance
 ( le pointu) ,  d'entrer dans les mots et de garder l'élévation. C'est très difficile.
J'ai trouvé  deux moments où incruster un bref texte de D de R.
Qq petits obstacles techniques ( pages du livre qui ne sont pas toutes numérotées et rendent le zigzagage dans les séquences  un peu compliqué ( je mets des signets, des trombones..), papier très fin qui colle , très petits caractères) mais le feuilletage aussi se répète.
J'espère être à la hauteur.
J'attends  avec une grande curiosité la séance, et le petit homme au chapeau me scrute.
à jeudi.
très amicalement.
MV

Je viens de faire la dernière répétition.
52' chez moi.
mais mon "liant" disparaît et se dérobe. ...Impression encore différente des séances de répét antérieures
les parties bougent et s'enfoncent, ( élément liquide) puis resurgissent et coulent de nouveau
étrange impression qui happe  et engloutit.
Comme si le corps, de l'intérieur se délitait et que l'effort consistait à faire tenir ensemble ses lambeaux.
  Jeudi, réussirai-je à faire parvenir Sa parole ?
  Très cordialement MV

 

... contre les virus ? Chère Michèle, en ce moment peut-être êtes-vous plus dans un combat contre les virus que devant votre ordinateur pour lire vos courriels...
Mais, hier soir, vous nous avez prouvé une nouvelle fois quelle formidable lectrice vous êtes ! Après le choix des textes de Cendrars il y a un mois, et le très original choix d'hier soir, je commence à voir
ce qui vous intéresse personnellement. Je dirai, en première approche : "construire des parcours originaux avec des fragments insolites".
Comme je vous l'ai dit, vous avez fait avec les "Histoires sanglantes" des choses étonnantes que je n'avais jamais entendues — ni imaginées. Je me demande bien ce que vous pourriez faire avec "L’Histoire d'Ernest", c'est-à-dire "Gribouille" et "Les Rois russes"...
Encore merci pour cette soirée, très amicalement, Jean-Paul
Eh bien, figurez vous cher  ami, qu'après avoir vertement parlé à PJJ que je soupçonnais de m'en vouloir d'avoir choisi un texte renié, j'ai constaté que ce virus qui me brûlait l'amygdale gauche s'était volatilisé. 
En effet, j'ai dit à l'homme au visage à mandibules "ce n'est pas parce que vous - même étiez un malade souffreteux que vous allez me gâcher la voix avec vos histoires."
Pour le "construire des parcours originaux avec des fragments insolites", je suis d'accord . C'est ce que j'ai  fait avec Giono, Boudot, Verlaine, Gracq, Cendrars et Jouve en proposant une séance qui ne soit pas exclusivement composée de Nouvelles. Je dis maintenant plus prudemment "des nouvelles, ou des textes brefs". 
merci de ce que vous me dites et à très bientôt.
Très amicalement à vous et à Christine.
MV
avec Dosto une autre aventure ( elle a commencé à l'adolescence avec la lecture des grands romans, puis avec Jean Gillibert qui a adapté et joué l'Homme du Sous sol,  Nuits Blanches, Les Démons et Les Frères K -où Christian jouait Dimitri )


 

Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 12:38

Michèle Venard, directrice artistique de la compagnie Théâtre en Perce, metteur en scène de spectacles salués par une presse nationale et européenne, artiste dramatique, dirige actuellement l'Atelier Permanent de Lectures et d'Écoute "à Voix Haute et Nue"©. Docteur ès lettres, diplômée en philosophie et en arabe classique, professionnelle associée à l'une des trois écoles nationales supérieures de théâtre, elle a été chargée à Paris X d'un cours d'esthétique théâtrale. Conseil en entreprise pour des dirigeants qu'elle coache ayant elle -même fait pendant dix ans une analyse,  elle mène des actions de formation culturelle et artistique ainsi qu'en créativité, en développement personnel et  en conduite de projets.

Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:06

Entré avec éclat en littérature sous le nom de Blaise Cendrars avec Les Pâques à New York, Frédéric-Louis Sauser, est né le 1er septembre 1887 à La Chaux-de-Fonds, canton de Neuchâtel, dans une famille francophone. Naturalisé français en 1917, il sera dès le 3 août 1914, parmi les 88 000 étrangers qui se portent volontaires pour défendre la France. Il perdra son bras droit à la guerre en sautant sur un obus.

Profondément affecté par la débâcle de 40, il quittera Paris et le journalisme pour produire une suite de quatre œuvres torrentielles: l'Homme foudroyé, la Main coupée, Bourlinguer, Le Lotissement du ciel.                 

 

L'auteur de La Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, de J'ai tué, du Panorama de la pègre, de Hollywood, La Mecque du cinéma,  d'Outremer à Indigo, de l'Or, de Moravagine, de Dan Yack est l'homme de tous les excès.

 

De ce dur à cuire, homme du rail, du rhum et des rafiots, poète inspiré, conteur céleste, romancier étonnant, soldat, voyageur, cinéaste, clochard à New-York, éditeur, journaliste, revendeur de diamants, trafiquant de perles, apiculteur, critique d'art, bibliophile… Michèle Venard  lira certaines de ses dernières Nouvelles tirées de Trop c'est trop et de La Vie dangereuse

 

notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents à l'Association

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 12:46

 

Jean-Marie TURPIN ( écrivain, théologien, philosophe est le petit fils de Louis-Ferdinand Céline, l'un des enfants de Colette, fille d'Edith née Follet, la première femme de LF Céline avec laquelle l'écrivain resta en contact jusqu'à la fin de sa vie ). Il témoigne:  " Lorsqu'il était en prison au Danemark, ma mère m'a demandé de lui écrire, j'avais alors une dizaine d'années. Nous avons eu une correspondance suivie et très gentille pendant plusieurs années. Dans mon adolescence, ma mère s'est débrouillée pour que j'aie accès à tous ses écrits. J'ai tout lu. (...) J'étais avec un copain mais il est resté dehors. Je suis rentré dans la maison sans sonner. Je suis tombé directement sur Céline, surpris de me voir.

   Il n'avait pas beaucoup de temps pour me recevoir, il était malade, submergé par la presse qui s'intéressait de nouveau à lui. Il n'avait pas envie d'accorder d'interview, il souhaitait terminer son oeuvre. J'ai débarqué là-dedans ! Il m'a interrogé sur mes études, a été surpris que j'aie lu son oeuvre et a vérifié mes connaissances en me posant des questions. L'entretien a été drôle et caustique. Céline avait un humour fracassant, une ironie féroce. C'était un grand-père comme je le rêvais. Malheureusement l'entretien fut bref et il me demanda de revenir le voir avec le baccalauréat en poche. Il devait mourir quelques mois après." (In Bertrand Arbogast, J.M. Turpin termine son prochain livre à Armenonville, La République du Centre, L'Année Céline 1995, Du Lérot).

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche