Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 10:05
 
 

Atelier permanent de Lectures et d’écoute 

 

«à voix haute et nue»©

 

Michèle Venard lit

 

Jeudi 3 avril  à 19h précises (durée 55')  

 

 

francis scott key fitzgerald

 

Théâtre Pandora

30, rue Keller 75011 code 32 56

75011 Paris  métro Bastille

réservations obligatoires 01 42 39 21 61

tarif réduit pour les adhérents à l'Association

   

 

Francis Scott Key Fitzgerald  naît à Saint Paul dans le Minnesota le 24 septembre 1896.

Dès l’université, il se construit un personnage de dandy décadent et commence à boire.

Lors d'un bal il rencontre la fascinante et tumultueuse beauté Zelda Sayre issue d'une famille éminente du Sud.

Elle accepte de l’épouser en 1920 après la publication de L'Envers du paradis.

Ce roman fait de son auteur le représentant de toute une génération, celle de l'Ère du Jazz.

Suivra le chef d'œuvre de Fitzgerald, Gatsby le Magnifique.

Le couple défraye la chronique par ses frasques et ses excès alcoolisés. Zelda est internée.

Après chaque visite qu'il lui fait, Scott qu'Hollywood a engagé comme scénariste, traverse une période dépressive avec des épisodes éthyliques

qui le bloquent dans son écriture personnelle.

Ses nouvelles qu’il vend très cher auraient dû, pensait-il, lui permettre ,  de conserver un train de vie et lui ménager du temps pour écrire ses romans,

mais dans la réalité, Fitzgerald se laisse déborder par les dettes et doit toujours fournir plus. Ses récits et nouvelles n'en sont pas moins remarquables, conçus et revus

avec soin dans l'intention de corriger une équivoque réputation de collaborateur de magazines de grande diffusion.

Scott Fitzgerald parviendra toutefois au bout de neuf ans à écrire Tendre est la nuit (1934) chronique d'une catastrophe individuelle et collective.

Il laissera inachevé Le Dernier Nabab publié post mortem en 1941.

 

Alors qu'il était en train de manger des chocolats en écoutant la Symphonie héroïque de Beethoven, il meurt d'une attaque le 21 décembre 1940.

Il avait 44 ans. MV (extraits de la notice biographique remise gratuitement aux spectateurs)

 

Michèle Venard lira des Nouvelles et récits  tirés de Pat Hobby , d' Histoires de Basil et Joséphine, et de Contes de l'âge du jazz

.
 

    "Michèle Venard lit avec élégance et sûreté" Jean Gillibert

 

"Loin de tout tapage et de toute aide, certains artistes poursuivent leur chemin sans faiblesse. Michèle Venard est de ceux là.

 Elle a fait depuis très longtemps de la lecture un grand art. Écoutez- la." Armelle Héliot

 

 

 

durée de la séance 55' environ.

 

lien pour l'émission Bibliomanie sur Radio Libertaire ( elle commence environ 7'  après l'enregistrement)

Ce que dit la presse :(annoncé ou commenté dans Les Petites Brèves, Quinzaine Littéraire, le Quotidien du Médecin, ou dans Le Figaro , Défi Culturel ; Radio Libertaire )

 

"Michèle Venard, metteur en scène et lectrice particulièrement inspirée, propose la redécouverte de nouvelles puissantes et belles d'Herman Melville."

« Aujourd’hui dernier épisode de la lecture de Michèle Venard du Journal que Paul Claudel tenait encore trois jours avant sa mort. C’est à 19h. Pour une heure dense.»

 « Yourcenar en lecture : Michèle Venard, metteur en scène et comédienne, propose des lectures d’écrivains sensibles. Après Patricia Highsmith, c’est Marguerite Yourcenar dont elle lira des nouvelles. »

« Nouvelles de Maupassant : Michèle Venard poursuit son cycle très intéressant de lectures et vous fait entendre les pleins et déliés de nouvelles de Maupassant, exercice où elle excelle »

« Venard lit Poe : Poursuivant sa série de lectures de nouvelles, Michèle Venard propose une escapade du côté d’Edgar Poe dans la traduction de Charles Baudelaire … Toutes pages que la lecture de Michèle Venard éclaire avec intelligence et sensibilité. »

« Les mystères Highsmith : Lorsqu’on entend ses nouvelles en lecture, on est saisi par la puissance sarcastique et désespérée de son inspiration. Michèle Venard revient à Patricia Highsmith en nous offrant quelques uns de ses textes en une lecture précise et tenue, une lecture éclairante. Un beau moment à partager. »

« Mishima à voix haute : …Un moment de grande émotion car une belle lecture c’est aussi bien qu’un spectacle et cette femme de théâtre, metteur en scène et comédienne, le sait. »

"Metteur en scène, essayiste, formatrice, Michèle Venard est aussi lectrice ardente de grands textes. Elle reprend cette année son cycle au Théâtre Pandora avec de subtiles nouvelles de Virginia Woolf"

"Michèle Venard propose dans le cadre de lectures "à voix haute et nue" une séance consacrée à Stefan Zweig "seul l'extraordinaire nous élargit l'esprit " écrit-il... écouter de grands textes nous élargit aussi."

"Connaissez-vous La Ruine de l'Humaité, Le Pitre, le Pique-Nique, la Revanche de Tarzan ? Et pourtant ce sont des titres de Nouvelles  romaines écrites par Moravia l'un des plus grands auteurs contemporains  que lira  Michèle Venard"

"Michèle Venard : Jorge Luis Borges "à voix haute et nue"

Comédienne, metteur en scène, essayiste, formatrice, Michèle Venard poursuit avec intelligence son travail sur de grands auteurs. Elle les connaît. Elle les a lus. Elle propose, une fois par mois, une lecture publique de certaines pages des auteurs qu'elle nous dévoile, nous éclaire, nous rend plus proches et plus beaux encore.Cette semaine, c'est Jorge Luis Borges qu'elle lira. "Avec Borges, très cérébral pour une lecture à haute voix qui me faisait tourner en rond lors des séances de répétitions, j'ai eu des difficultés que j'aime infiniment à résoudre. Pour l'approcher, et casser cet esprit de sérieux, être à l'aise avec lui, je suis passée par la description hénorme et hors norme, irrévérencieuse, qu'en fait Gombrowicz dans les premières pages de Trans-Atlantique." dit-elle. Elle lira donc des nouvelles de  L'Autre et Le Miroir et le masque, du Livre de sable, et de L'Aleph, traduit par Roger Caillois, La Quête d'Averroès et L'Attente." blog d'Armelle Héliot Le Figaro

Jeudi soir à 19h, Michèle Venard lisait Pierre Jean Jouve au théâtre Pandora. Grâce à un assemblage d'extraits judicieusement choisis, envolez-vous dans l'univers de l'auteur et oubliez votre belle-mère! Le dialogue intime que vous instaurerez avec l'oeuvre vous permettra de vous l'approprier au fil d'une lecture tendre ou forte selon les accents de l'auteur et de la lectrice. Ces cinquante-cinq minutes emprunteront discrètement le chemin de votre cœur pour vous faire vivre une expérience riche et plus encore: une belle aventure littéraire ! Passionnés de littérature, venez vous passionner ! Raphaël Jodeau Défi Culturel

 

Vous aussi, soutenez  par votre parole et par votre présence «à Voix Haute et Nue »© éloge en acte de la lecture expressive.

Venez entendre lire de grands auteurs et des florilèges bien composés de leurs Nouvelles et histoires.

Association EN PERCE, Fédération de Lecteurs , 25 avenue Jean Jaurès 75019 Paris

tél 01 42 39 21 61  

 

Rejoignez la Fédération de Lecteurs de En Perce

 

sur des réactions très nombreuses, quelques témoignages d'auditeurs

 

"Michèle Venard lit avec élégance et sûreté" Jean Gillibert

"J'ai assisté vendredi dernier à un merveilleux spectacle au Théâtre Pandora, 30 rue Keller, près de la Bastille. Michèle  Venard y lisait des nouvelles de Gombrowicz. Sans le secours d'aucun artifice sonore, "à voix haute et nue", elle a enchanté l'auditoire. Elle a fait passer dans sa voix enjouée toute l'ironie et la profondeur du grand écrivain polonais. Ce n'est pas le premier spectacle de Michèle Venard auquel j'assiste : elle se produit régulièrement à Paris et a un public fidèle" Christian Lançon écrivain
"Le remarquable Atelier Permanent de Lectures et d'écoute "à voix haute et nue" Soizic Moreau, alors adjointe à la Culture du Maire du 11ème

"Bonjour madame, Maître Philippe Mounier à l'appareil. J'ai assisté hier au Petit Hébertot à votre lecture "à voix haute et nue" et je voulais vous féliciter parce que vraiment j'ai passé une heure délicieuse. Non seulement vous mettez le contact avec le public ce qui est la moindre des choses pour un comédien mais en plus vous mettez une véritable osmose entre le texte et le public et entre les livres et le public. Et d'ailleurs, quand vous avez salué, vous avez montré les livres qui étaient sur la table. J'espère vous entendre à nouveau. Bonsoir Madame".

"Encore merci pour cette soirée au Petit Hébertot ! Cela m'a réjouis l'esprit de vous entendre encore une fois nous faire découvrir des nouvelles. J'espère que cette aventure se poursuivra longtemps" Albane Salleron

"Le choix des textes, la virtuosité mais aussi la chaleur, le bonheur de donner à entendre tout était parfait. J'étais très heureuse de faire partager ce moment à mon frère, grand lecteur de nouvelles dans sa campagne profonde et lointaine. Merci encore " Edith Garraud

Merci pour ces excellents moments passés au Petit Hébertot jeudi soir : le choix des lectures était judicieux (notamment avec la virgule de la MèreOuin Ouin de Gillibert qui était là, nous a-t'il semblé), le rythme et le ton toujours aussi parfaits. La salle était captivée et tu as eu un beau et sincère succès. Bravo mille fois,  Jean-Louis Joliot

"C'est sobre et captivant. Je suis assez avare de compliment pour le faire avec toute ma sincérité. C'est du très beau travail. Jean-François Torre  

"Chère Michèle, Je suis avec une attention vraiment admirative le déroulé du programme du "Théâtre en Perce". Tenez bon, malgré la Ville, qui comprendra peut-être un jour son erreur". Robert Abirached

"Nous ne nous sommes pas vus à la fin de ta magnifique lecture mais je tenais à te dire que j'ai passé un agréable moment. Je dois reconnaître que j'avais un peu "peur" en venant... écouter lire. Mais tu sais véritablement faire vibrer les textes et le temps passe alors trop vite. Alors un grand bravo et à très bientôt". Fabien Lagriffoul

"Bravo encore pour cette lecture, je t'ai trouvée époustouflante. Son style convient bien à ton côté un peu guerrier, une façon précise, ciselée, énergique qu'a ta voix pour faire sonner ses mots. Quand je pense que je n'avais aucune idée de cet écrivain! "Ariane Dubillard

"Votre voix enchante les mots" Georges Brunon

"Quelle lecture forte hier soir. Tu nous a plongé dans cette atmosphère de guerre et d'après-guerre. La fin de ta première nouvelle m'a rappelé les Damnés de Visconti (ce couple qui se suicide dans le luxe à la fin du film).J'ai bien aimé aussi la lettre de défense de son livre "Vie et Destin" de Grossman à Khrouchtchev: terrible et poignant! Cécilia a beaucoup apprécié aussi, délicieux à écouter! " Julie Denoix

"Je n'ai pas pu te dire au revoir hier après ta remarquable lecture de la pièce de Gillibert et la discussion qui l'a suivie. Ton enthousiasme, ton admiration pour ce grand auteur me touche et me stimule. J'ai été très heureuse de travailler avec toi et de découvrir et de rencontrer Jean Gilibert." Catherine Chauvières

"La lecture des nouvelles de la grande Marguerite Yourcenar fut excellente. Tu lis à merveille." Francis Rossi

"J'ai passé un très bon moment. Je reviendrai" Anne Manet - Dougnac

"Merci pour cette nouvelle séance de lecture. Ça pourrait devenir comme une drogue (je viens d'arrêter de fumer). Je ne connaissais pas Julien Gracq. C'est délicat, élégant, et sûrement très difficile à lire à voix haute. Tu as su nous entraîner dans ses méditations avec l'énergie de ton enthousiasme. C'est bon de rentrer chez soi avec ce petit plus à l'âme. Merci de continuer à m'envoyer ton programme ! A bientôt." Anne Manet-Dougnac

"Nous nous sommes si peu vu hier que je ne t'ai pas assez dit combien j'ai aimé ces lectures et en particulier celle de Giono, sans doute parce que mon grand-père était cordonnier et anarchiste et grand lecteur autodidacte, dans un petit village du sud-ouest de 3000 habitants, je l'ai très peu connu, mais ta lecture me ramenait à des souvenirs de ma saga familiale. Merci." Edith Garraud

"Grâce à quoi nous avons connu l'exceptionnel moment très caché d'hier soir. Serais-je une privilégiée? "Aude de Kerros

"J'ai assisté à toutes tes séances et en t'écoutant, je ne me suis jamais ennuyé une seule fois. Tu réussis à créer une proximité avec l'œuvre et l'auteur nous devient familier et proche. La fluidité de lecture et ton aisance nous font entrer en contact avec l'univers particulier de chaque auteur et suscitent un climat propice à une écoute particulière et remarquable. Hier encore, avec Baudelaire." Christian Fischer

"Michèle Venard a une maîtrise parfaite de son art de la voix. La soirée du 5 janvier dernier, consacrée à des textes peu connus de Blaise Cendrars, a été une réussite absolue." Jean Paul Louis -Lambert

"Grâce à la très talentueuse Michèle Venard, j'ai pu me délecter ce soir au Théâtre des Deux rêves de la lecture de Witold Gombrowicz. Tous mes remerciements à Michèle Venard qui a donné beaucoup d'elle-même dans ce spectacle en expressivité, en débit de parole et surtout en supplément d'âme pour l'excellent moment partagé". Guilaine Depis

"Chère Michèle, Bravo ou brava,comme on dit en Italie. Tu as bien rendu le passage subreptice de l'inquiétude jusqu'à l'effroi dans le premier récit et le mordant burlesque de la satire. Le deuxième m'a moins plu un peu abstrait, mais bien rendu aussi. C'est un plaisir que d'entendre un texte ainsi éclairé. Ignorante qui n'avais jamais lu Gombrowicz je commence Ferdydurke et le passage sur les tantes me plaît bien,ce mépris de l'aristocratie de l'esprit pour la médiocrité." Annie Birga

"Ta lecture hier soir a été magistrale !! Tu n'arrêtes pas de m'étonner. A chaque fois, c'est une nouvelle surprise. Moi qui adore écouter !" Francis Rossi

Merci pour vos lectures qui permettent un passage au plus profond des oeuvres et de comprendre ce qui a échappé à une simple lecture " Pascal Sigoda

 

 

mots de spectateurs

 

"ravissement" "heure délicieuse" "émerveillement"

"C'était un plaisir d'assister à cette lecture, vraiment ! "

"On se sent vivre avec vos lectures, on sent vivre l'auteur"

"Vous êtes une passeuse" "continuez"

"Une soirée magnifique, un beau voyage" .
"Hemingway, c'était dur à entendre, mais c'est LUI, c'est ça"

"Moi je l'avais déjà lu, mais avec la lecture des nouvelles, j'ai entendu d'autres choses"

 "On vient depuis janvier. On va rater Faulkner car nous partons dans les Landes, mais nous viendrons à la rentrée prochaine. On peut retenir dès maintenant ? 

"Madame Venard, c'était la première fois que j'allais écouter des lectures. Mais vous, c'est de la mise en scène. A la prochaine !! Merci"
"Vous c'est un vrai projet, pas un machin mondain qui nous gave"

 "Pourquoi vous ne passez pas à  la Maison de la Poésie ou dans un grand théâtre ?"

"Je vous dis ça toutes les fois, mais c'est de mieux en mieux. Au fond, c'est mon oreille qui s'affine."

 "La qualité est subversive, voilà pourquoi on nous propose tant de merdes qui occupent le terrain. Vous en avez du courage ! Bon allez, je m'en vais, je serai là la prochaine fois "

 "J'aimerais bien entendre encore Moravia, vous allez le refaire ?"

 "Ce n'est pas la première fois que je viens et ce qui me frappe c'est comment vous réussissez par le choix des textes à créer une véritable dramaturgie interne. Ce n'est pas de la juxtaposition de morceaux. Vous faites entendre les voix de l'auteur. C'est magnifique."

 "Je vais souvent écouter des lectures. Mais vous, c'est plus que ça."

'Vous vous investissez vraiment"

 "Mais qui c'est qui vous dirige ? " 

 "Quand vous jetez le regard  sur la salle et quittez le livre,  comment vous faites, après, pour retomber sur la bonne ligne? "

"Je me demande quand vous respirez. Je ne vous ai pas vu faire?"

"Je croyais savoir lire, mais là vous m'en bouchez un coin"

"Merci aussi pour la notice biographique. ça c'est du vrai boulot ! "

 "C'est tellement bien que je voudrais que vous veniez pour être mon "invitée surprise" au Studio Raspail. Est-ce que vous êtes libre  le  5 février. Non ? Alors le 2 avril ? " André Degaine.

"On ressort en forme. Merci d'être là."

"Donnez moi vos trucs"  

"Mais comment faites-vous pour être aussi captivante"?

"0n en a marre d'entendre les textes bousillés au théâtre par des petits cons sans culture et sans cœur. Avec vous, on est près de l'œuvre."

"On se sent vivre avec vos lectures, on sent vivre l'auteur"

"De belles lectures dans des cadres intimes. A suivre !"

"C'est la cinquième fois que je viens. Vous me donnez envie de lire. D'ailleurs, j 'ai acheté les livres. Merci"

 

quelques témoignages écrits de spectateurs auditeurs

 

"Merci pour ce que tu fais. Ce théâtre est chaleureux. Ta lecture donne une dimension extraordinaire à la littérature et à l'écrivain. On sent tellement de jubilation chez toi. C'est contagieux !" Martine Denoix

" ...Un moment de pur plaisir. Beaucoup, en effet, peuvent lire un texte. Mais le lire sans aucune ostentation tout en permettant à celui qui est là de partir ailleurs et de faire naître l'émotion; embarquer l'autre au gré des mots et bien au delà. C'est  formidable." Caroline Dubourdieu (Vaucluse)

 "Les nouvelles de Gombrowicz grouillent de personnages, on y passe constamment du picaresque à l’ironie, souvent poussée jusqu’à la farce. Il faut être une lectrice hors pair pour se confronter à un tel auteur. Cette lectrice idéale, vous l’êtes. Sans jamais vous mettre en avant, refusant tous les effets faciles, exclusivement au service de l’œuvre, vous tenez captif votre auditoire une heure durant. Votre seule arme : votre voix. Une voix qui porte en elle des dizaines d’autres voix : c’est vous seule qu’on entend, mais c’est tout un monde qui s’anime devant nous" Christian Lançon

"Entreprendre la lecture d'une œuvre d'Edgar Poe est, en soi, une démarche audacieuse.. La Lecture «  à voix haute et nue », provoque une émotion intense et instantanée : dès lors, nous voilà plongés dans un « Grand Huit » magique avec ses arabesques folles, son vacarme, ses secousses, sa folie, ses singeries et ses vertiges. Et cette magie opérait, hier, au théâtre du Centre 6.".

"Se rendre aux lectures « à voix haute et nue » de Michèle Venard au Studio de Lecture du Centre 6 de Madame Hélène Hily devient pour mon épouse et moi, un moment privilégié. La fois dernière, c'était un Verlaine bondissant, virevoltant, tressaillant et trébuchant qui nous enchantait avec sa prose d'une étonnante musicalité. Hier, c'était le tour de Maupassant : un conteur admirable, d'une étrange lucidité, décrivant avec simplicité, sensibilité et subtilité l'horreur quotidienne du mal-être de l'angoisse ou de la désespérance. Avec Poe, nous savons (à peu près) ce qui nous attend : les ténèbres, la magie, l'extraordinaire.Chez Maupassant, la cruauté est masquée par de nobles et jolies apparences. Hier, l'heure de lecture a tourné très vite, trop vite, juste le temps d'un espace de bonheur. Merci." Gilles Dray (ce texte a été publié dans "Conférences et débats"  rubrique retour de conférences.)

"Enthousiaste, et donc enthousiasmante, performance de la lectrice Michèle Venard hier soir. Edgar Poe bénéficiaire d'une double traduction : Baudelaire et Venard. Le vocabulaire, et le son porté par des yeux, une bouche et une coiffure. Les belles rousses hollywoodiennes en sont toute pâlichonnes". Jacques Grant

"Votre lecture de Baudelaire e était magnifique ! Très amicalement". Jean-Paul Louis(-Lambert)
"Très belle lecture de Marguerite Yourcenar par Michèle Venard dans ce petit Théâtre des Deux Rêves. On sent Michèle Venard comme littéralement habitée par le rythme interne et les splendeurs de cette écriture somptueuse". Francis Coffinet ( commentaire sur le blog d'Armelle Héliot Le Figaro)

"Aux amis, je signale que la fort peu stalinienne Michèle ci-dessus a réussi à offrir de merveilleux spectacles théâtraux -Sade, Ubu, etc etc-avec ce qu'il y a de plus ferme pour seconder l'intelligence : l'ardeur. Et je ne parle pas de ses actuelles lectures mensuelles de nouvelles d'écrivains épatants : Poe, Kessel, Cendrars, Faulkner, etc,etc. Et Dickens le 1er décembre prochain". Jacques Grant sur Face book

"Et j'ai adoré découvrir la gourmandise joyeuse et luxuriante de Blaise Cendrars dont tu as superbement capté rythme force et poigne !" Jeanne Carré

"Hier soir, vous nous avez prouvé une nouvelle fois quelle formidable lectrice vous êtes ! Vous avez fait avec les Histoires sanglantes des choses étonnantes que je n'avais jamais entendues - ni imaginées. Jean Paul Louis Lambert

"Nous avons apprécié votre façon de lire qui laisse toute place aux mots ,à leur musique et à la pensée ou au rêve.Et aussi vous féliciter de transmettre ce qui fait partie de l'essentiel. C'est un ancien prof de lettres qui a tenté une voie un peu parallèle,qui vous le dit." Annie Birga

"C'est bien de prendre des textes peu connus comme cet étrange Crocodile" Annie Birga

"Merci chère Michèle pour tous ces auteurs que tu mets en vie par la voie du cœur. Je suis heureuse de l'accueil particulièrement chaleureux que tu reçois. Amicalement à toi" Simone Rieutor

"Bravo de faire vivre ces beaux moments. On m’en parle."Armelle Héliot

"La lecture que tu as faite de Jean Gillibert  reste gravée dans ma mémoire et me stimule." Eric Auvray

"Loin de tout tapage et de toute aide, certains artistes poursuivent leur chemin sans faiblesse. Michèle Venard est de ceux la. Elle a fait depuis très longtemps de la lecture un grand art. Ecoutez -la." Armelle Héliot

"Magnifique lecture de Llosa, hier soir. Je reviendrai le plus vite possible et invite mes amis FB à y aller en juin pour la dernière lecture avant l'été" Françoise Bianco

"C'est merveilleux de vous ecouter dans la lecture de ces textes...ils reprennent vie comme des partitions oubliées, sorties d'un placard. Vous êtes un vrai chef d'orchestre, la pulsation de la main gauche, la sonorité, le swing, le tempo, les changements de vitesse et de rythmes, le rubato, sans parler de l'essence du message en soi. Fabuleux, et merci de m'avoir invité. " Jeffrey Grice pianiste et compositeur

" Superbe soirée de lecture des textes de Dominique de Roux par Michèle Venard . J'entends pour la première fois "Le Gravier des Vies perdues" et retrouve toujours éblouie ses fulgurances du "Cinquième Empire" et de "Maison jaune". Félicitations à Michèle Venard pour son fin choix de fragments. Guilaine Depis

"Ta lecture du Gravier des vies perdues a été une splendeur, dans le mouvement et dans le détail. Après des textes qui brassent idées et jugements, où l’auteur engage à pleine générosité la multiplicité de ses dons, tu as bien choisi le moment de nous abreuver d’un chant ! Antoinette Surun

"Voici mon adhésion. Je compte bien vous retrouver le 1er novembre pour d'autres nouvelles… C'est chaque fois un bonheur différent dont je vous suis, chère Michèle, très reconnaissante" Marie Hélène Choquet

 "Hier au Théâtre Pandora, la séance de l'Atelier Permanent de Lectures et d'Écoute de Michèle Venard était consacrée à Oscar Wilde . Une traversée littéraire faite d'extraits savamment choisis tour à tour légers et graves devant un public médusé par la prouesse de l'oratrice, unique en son art. Tension crescendo, souffle coupé, véritable extase esthétique lors de la "Ballade de la geôle de Reading". Je note un dialogue entre Dieu et l'homme dans "La maison du jugement" qui m'a bouleversée... Guilaine Depis

"Je vous invite à considérer Michèle Venard comme une PASSEUSE qui devrait être déclarée d'utilité publique, tant son travail sur les textes d'écrivains est nécessaire : grâce à son cycle de lectures "À VOIX HAUTE ET NUE" au Théâtre Pandora, j'ai eu le bonheur d'être initiée hier à l'oeuvre d'Ivan Bounine, récompensé par le Prix Nobel de littérature en 1933 pour "La Vie d'Arseniev" au grand dam de l'URSS stalinienne. Une totale découverte pour moi à travers la lecture de nouvelles soigneusement choisies dans le recueil "Les Allées sombres". Le préfacier de ce superbe livre publié à L'Âge d'Homme, Jacques Catteau, était présent. J'ai beaucoup aimé "Mademoiselle Clara" et les passages rendant hommage à Saint-Petersbourg, la ville au monde qui m'avait le plus impressionnée lors de la Saint-Sylvestre 1998-99. Rien ne me séduit autant que les Russes, tout ce qui est russe. Le dîner à L'Entrecôte fut succulent car j'ai pu converser avec ma voisine d'à côté (trésorière de l'Association des Amis d'Ivan Bounine !) et avec celle d'en face partageant ce goût pour le pays de Gontcharov". Guilaine Depis

"Merci infiniment à vous pour votre lecture, qui m'a permis de connaître de la meilleure des façons cet auteur extraordinaire". Germana Schiassi

"Ta lecture nous a « enlevé » et fait éprouver de façon pénétrante l’appel des grands chemins lancés à travers les grands bois de la Russie profonde ! La tendresse se concentre soudain sur un détail ou un objet dont l’émotion va au cœur. Contente de découvrir le grand art de ce classique parmi les meilleurs. Surprenant,  ce goût de la vie et des plaisirs allié à une austérité morale implacable. Au premier rang, j’ai eu l’impression que ton visage s’était élargi, agrandi, tandis que toutes ses parties se mouvaient chacune à sa façon et entraient dans la danse du texte qui les rassemblait comme un bon chef d’orchestre."Antoinette Surun

Un vrai moment de grâce cette lecture de Gide merci Michèle . George Lathourakis

Gide, le summum de la littérature et l'intelligence de l'humanité...Joseph Roth, la grandeur de l'humanité et le rayonnement de la littérature...-- Alleluia, Michèle !  Jacques Grant  

Bravo Michèle pour ce beau début d'année d'esprit et de cœur. Patrice Kahlhoven

Le secret de Michèle Venard, femme inébranlable dont le puissant élan me rassure autant qu'il m'impressionne, réside sans doute dans son extrême proximité des grands auteurs. Nourrie de littérature, elle voue sa vie à faire partager ses trésors aux autres. Faire la démarche d'aller l'écouter au Théâtre Pandora, c'est en repartir édifié(e), éveillé(e) avec quelque chose de chaud et de vibrant dans le coeur. Un peu changé(e). Sa voix nous transmet force et sérénité. La densité de Michèle Venard donne du relief à son public. Parce qu'elle touche exactement là où nous devons l'être, elle modifie notre rapport aux mots et aux livres, nous les faisant apprécier davantage en profondeur, sous un autre angle. Une expérience presque religieuse (pas une mouche ne vole, le public est scotché, béat) que je recommande chaleureusement à tout le monde, prochain rendez-vous jeudi 2 mai, Rimbaud Guilaine Depis

Merci pour le trésor que tu m'a fait parvenir Jean Fontenille

Michèle , la soirée de jeudi dernier a été riche à l'écoute des textes d'écrivains que je connaissais ou pas ; la formidable lectrice et comédienne que tu es en a offert une autre approche car la voix ,tavoix,sait incarner les mots leur donnant véritablement chair et vie..Merci ! Michelle Louis

Merci pour la belle lecture d'hier soir à laquelle vous avez si gentiment associé le souvenir de mon mari. Je ne connaissais pas ce livre d'Ossorguine que je lirai à l'occasion avec plaisir. J'espère pouvoir venir vous écouter pour Boulgakov. Jacqueline Catteau

L’émission Bibliomanie (Radio Libertaire, 89.4 FM) aime les voix singulières, les parcours hors-normes et les libertés sur paroles… Connue pour ses nombreuses mises en scènes, ses lectures radiophoniques et son sens de l’engagement artistique, Michèle Venard sera donc, entre 15 heures et 16h30, l’invitée de l’émission d’aujourd’hui, 30 janvier. 
Avec la complicité de son ami, le compositeur Alain Lithaud, nous prolongerons cette échappée belle du côté de l’art de nouvelle, de l’art de lecture dont Michèle Venard a su faire, avec le talent et la constance qu’on lui connaît, un art majeur. Alors, soyez nombreux à venir partager avec nous, en direct ou en différé, ce beau moment d’amitié littéraire !" Valère Marie Marchand

 

Je suis en train d'écouter, via I tunes.C'est de très bonne facture et très bien tenue.Très subtiles résonnances d'Alain Bravo! 

Émission très complète.Merci de m'avoir mis en avant avec autant d'empathie ! Belle participation d'Alain Magnifique !Christian. Fischer
J'ai donc écouté "Bibliomanie" sur Radio Libertaire : belle présence dans laquelle tu sais insuffler  ton amour de la littérature. Le tout sur les musiques d'Alain Lithaud. Tu devrais avoir de nombreux contacts d'auditeurs par la suite je pense. Je t'embrasse.Francis Rossi

Écoute toi : Une fois lancée, tu es claire, ta pensée structurée, ton expression personnelle et spontanée, vivante : c'est intéressant, tu donnes envie de te connaître et d'en apprendre de toi.Tu as certainement encore et peut-être plus à présent une place à trouver, peut-être celle de qui ouvrirait aux grands auteurs ? "Quand je lis un texte, les gens ont envie de lire le livre". Pascal Jocteur Monrozier  

Je viens de vous écouter à la radio. Je vous ai écouté avec beaucoup de plaisir. J’ai remarqué que avez une diction formidable et bien plus encore que lorsque vous parlez près de nous. Je vous ai appréciée. Vous êtes sûre de vous et j’ai senti que   que vous n’aviez pas le trac ! Lucienne Prince (voisine d’immeuble et amie)

 

Soutenez  par votre parole et par votre présence « à Voix Haute et Nue »©  éloge en acte de la lecture expressive.

CONTACT professionnel avec Michèle Venard 01 42 39 21 61

 

 

 

 

 

 

 






Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 08:55

Menacé de mort par les riches fermiers californiens, surveillé par le FBI, il a témoigné inlassablement sur les conditions de vie des immigrés de l'intérieur, petits blancs sinistrés, affamés, traqués, exploités par les grands propriétaires, dénonçant l'avidité de l’oligarchie capitaliste et les menaces fascistes des milices privées. Ford, Kazan, Milestone, Hitchcock, Sinise… ont tourné les adapt

ations de ses romans ou encore ses scénarii, aux personnages portés par Henry Fonda, Marlon Brando ou James Dean.
Après la sortie des "Raisins de la colère", livre brûlé par des bibliothécaires du Midwest, il a été qualifié "de cerveau malade, manipulateur et tordu", accusé d’être un rouge, un communiste, un athée. Après l'assassinat de John F Kennedy, correspondant de guerre au Vietnam, il a soutenu la politique de Lyndon Johnson, ce qui lui valut d’être rejeté par la gauche comme renégat.
Nobélisé en 62, il meurt à New York le 20 décembre 1968, d'une crise cardiaque. Lui dont les œuvres préférées étaient "Crime et Châtiment" de Dostoïevski, "Le Paradis Perdu" de Milton et la compilation de Sir Thomas Malory "Le Morte d'Arthur", laisse en chantier une dernière œuvre, non pas tournée comme les autres vers la politique et l'actualité sociale, mais vers les codes d'honneur des légendes arthuriennes.
Repost 0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 09:32

Menacé de mort par les riches fermiers californiens, surveillé par le FBI, il a témoigné inlassablement sur les conditions de vie des immigrés de l'intérieur, fermiers sinistrés, affamés, traqués, exploités par les grands propriétaires, dénonçant l'avidité de l’oligarchie capitaliste et les menaces fascistes des milices privées. Ford, Kazan, Milestone, Hitchcock, Sinise… ont tourné les adaptations de ses romans ou encore ses scénarii,  aux personnages portés par Henri Fonda, Marlon Brando ou James Dean.

Après la sortie des "Raisins de la colère", livre brûlé par des bibliothécaires du Midwest, il  a été qualifié "de  cerveau malade, manipulateur et tordu", accusé d’être un rouge, un communiste, un athée. Après l'assassinat de John F Kennedy, correspondant de guerre au Vietnam, il a soutenu la politique de Lyndon Johnson, ce qui lui valut d’être rejeté par la gauche comme renégat.

Il meurt à New York le 20 décembre 1968, d'une crise cardiaque. Lui dont les œuvres préférées étaient "Crime et Châtiment" de Dostoïevski, "Le Paradis Perdu" de Milton et la compilation de Sir Thomas Malory "Le Morte d'Arthur", laisse en chantier une dernière œuvre, non pas tournée comme les autres vers la politique et l'actualité sociale, mais vers les codes d'honneur des légendes arthuriennes.

Repost 0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 13:08
"Ne voyagez jamais seul est un principe des pays du nord. Il l'avait entendu bien des fois et s'était contenté de rire. Car c'était un grand gaillard, jeune, solide et bien charpenté, bien musclé, ayant confiance en lui-même, dans la solidité de sa tête, la vigueur de ses mains…."
En route pour la ruée vers l'or et le Grand Nord,  "dans un pays où le whisky gèle et peut servir de presse papier pendant une bonne partie de l'année"     
 Atelier permanent de Lectures et d’écoute 

«à voix haute et nue»©

une séance par mois, un auteur par séance

durée de la séance 55' 

 

Michèle Venard lit

Jeudi 6 octobre à 19h précises

 

                                                   jack london  

Théâtre Pandora

30, rue Keller 75011 code 32 56

75011 Paris

métro Bastille

 

L'auteur du Loup des mers, de L'Appel de la Forêt, de Croc-Blanc et d'une cinquante de livres d'aventures, de pièces de théâtre, de poèmes, d'articles, de reportages, de discours enflammés prenant parti pour la cause du socialisme et les révolutions russes, écrivant en faveur des insurgés mexicains, est né le 12 janvier 1876 dans un quartier misérable de San Francisco.

Celui qui dès neuf fait des petits boulots et navigue sur un vieil esquif, ne cessera de lutter en parcourant le monde, la société, la vie : marin et chasseur de phoques, chômeur et vagabond du rail à travers les États –Unis et le Canada, clochard dans les bas fonds de Londres, boxeur, chauffeur aux chaudières d'une centrale électrique, repasseur dans une teinturerie pour payer ses inscriptions à l'école secondaire puis à l'université, mineur au Klondike pendant la ruée vers l'or de 1898, correspondant de guerre en Corée et au Mexique…

Après avoir publié à quarante ans son dernier livre, Les Tortues de Tasmanie, il démissionne avec fracas du Socialist Labor Party auquel il reproche de tomber dans le réformisme. Quelques mois plus tard, 21 novembre 1916, Jack London met fin à ses jours comme l'avait fait le héros de son roman autobiographique, Martin Eden. (extrait de la notice biographique remise aux spectateurs de l'Atelier Permanent de Lectures et d'Écoute )

 

Michèle Venard lira "à voix haute et nue" une palette de trois  Nouvelles

* in Souvenirs et Aventures du pays de l'or

"Ils regardèrent la traînée de sable noir et les grains jaune d'or  au fond du récipient. Loren Hall était tombé sur un gidement très riche et sa concession n'était pas encore enregistrée. Il était clair qu'ils allaient se l'approprier"

"Il n'y avait pas de vent, mais la vitesse était telle qu'elle déclenchait une bise glacée et à moins quarante, il était transi jusqu'aux os malgré ses fourrures...En regardant derrière lui, il pouvait voir le traîneau de ses poursuivants tiré par huit chiens, s'élever et retomber sur les monticules de glace comme un bateau sur la mer........."

in Le Fils du Loup

"A la santé de l'homme qui cette nuit avance sur la piste! Puissent ses chiens garder leur vigueur, sa nourriture lui suffire, et ses allumettes toujours prendre.... Et que le diable emporte la Police montée, conclut Bettles, tandis qu'ils reposaient avec fracas leurs tasses de punch vide"

in Histoires du pays de l'Or)

"Sur quoi Lit Lit se lança dans un original et brillant discours sur la condition et les droits de la femme. C'était la première conférence féministe au nord du cinquante-troisième parallèle. Mais ce discours tomba dans l'oreille d'un sourd. Snetisshane, chef éminent de la tribu, était encore plongé dans l'âge des ténèbres"

 

Réservations obligatoires 01 42 39 21 61

Tarif réduit pour les adhérents à l'Association

Repost 0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 09:38

Ambrose Bierce en lecture publique par Michèle Venard

 

États-Unis

Ambrose Bierce

24 juin 1842 (Horse Cave Creek, Ohio) –après le 26 décembre 1913, au Mexique.

après 71 ans

 

"Ambrose Bierce nous l'avons déjà rencontré ici, puisque je vous ai déjà lu cette saison

une brève du Club des Parenticides dont le ton et l’inspiration ne sont pas sans rappeler

Edgar Poe et que je vous ai lu aussi l’éblouissante Ce qui se passa sur le pont de Owl Creek adaptée au cinéma par Robert Enrico sous le titre La Rivière du Hibou et oscarisée.

De ce même recueil Morts Violentes paru chez Grasset sans nom de traducteur en 1957,

je vais vous lire Chickamauga qui signifie en dialecte indien la rivière de la mort

Il s'agit de la bataille qui s'est déroulée du 18 au 20 septembre 1863 et est une victoire des

Confédérés contre l'Union durant la Guerre de Sécession. Bierce engagé aux côtés des anti-esclavagistes de l’Union a pu y participer.

 

Je vous rappelle qu'âgé de 71 ans, le guerrier Bierce a renoué avec la guerre civile.

Il est parti pour le Mexique afin de rejoindre les troupes de paysans pauvres de Pancho Villa

et a disparu en luttant à leurs côtés.

Voici donc Chickamauga, un épisode de la guerre de Sécession…"

 

 

extrait d'une présentation orale de Michèle Venard

la notice biographique sur l'auteur lu est remise aux spectateurs et aux adhérents à l'Association.

Repost 0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 11:47

Ambrose Bierce

 

« Le monde serait insupportable, si nous ne disions que ce qui en vaut la peine. Et si nous ne faisions rien d’absurde – comme partir pour Mexico et l’Amérique du Sud. Tu dois te languir des montagnes, Karl aussi. Moi de même. A bas la civilisation! Pour moi, ce sera montagne et désert. »

 

Après avoir embrassé la carrière des armes, Ambrose Gwinnett Bierce deviendra journaliste et écrira sur le tard les Nouvelles de son chef-d’œuvre Morts violentes (1891).  L’une d’elle Ce qui se passa sur le pont de Owl Creek,  a été adaptée par Robert Enrico pour le cinéma sous le titre La Rivière du Hibou (Oscar 1964).     L’aventure mexicaine d’Ambrose Bierce et l’énigme de sa mort déclencheront en 1989 une fiction romancée, Old Gringo avec Gregory Peck et Jane Fonda, réalisée par le cinéaste argentin Luis Puenzo.

 

Dernier d’une fratrie de dix enfants, Ambrose Bierce est né le 24 juin 1842 à Horse Cave Creek dans l'Ohio au sein d’une famille de sauvages mal lavés, dira-t-il, qu’il quittera à quinze ans pour faire des petits métiers. Autodidacte, d’abord grouillot dans un journal, il entre à 17 ans dans une école militaire où il ne reste qu’un an. Quand la guerre de Sécession éclate, il s’engage aux côtés des anti-esclavagistes de l’Union dans le 9ème régiment de l’Indiana et devient un officier topographe à la compétence reconnue……………

……………………………………………………………………….. ;

Àgé de 71 ans, le guerrier Bierce renoue avec la guerre civile. Il part pour le Mexique afin de rejoindre les troupes de paysans pauvres de Pancho Villa et disparaît en luttant à leurs côtés.

 

Atelier permanent de lectures et d’écoute de Michèle Venard

Extrait des deux pages de  la notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents de l’Association

Renseignements 01 42 39 21 61

 

 

Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 19:28
Etats-Unis

Patricia Highsmith

1921 (Fort Worth, Texas) - 4 février 1995

(près Locarno, Tessin)

74 ans

 

En 1944 la prestigieuse revue Harper's Bazaar publie sa première nouvelle, L'Héroïne. Six ans plus tard, le succès public de son premier roman L'Inconnu du Nord-Express, la propulse sur le devant de la scène. Alfred Hitchcock en acquiert immédiatement les droits. Le film remarquable "N'importe qui peut assassiner. C'est une question de circonstances. Cela n'a rien à voir avec le tempérament! Quiconque. Même votre grand-mère " lui assure la notoriété. Elle a à peine trente ans.Suivront bien d'autres adaptations très réussies des ses oeuvres pour le cinéma depuis le Ripley de Plein soleil(1959) incarné par Alain Delon à celui de

Michèle Venard

 

(extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents)

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans Auteurs américains
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 19:03

états-Unis

Ernest Hemingway

21 juillet 1899 ( Oak Park, près Chicago).- 2 juillet 1961 (propriété de Ketchum, Ohio)

62 ans

 

Ernest Hemingway, naît à Oak Park, près de Chicago le 21 juillet 1899.

Son père est médecin et son grand-père maternel a fait fortune dans l

a coutellerie. La famille passe tous ses étés dans un chalet -Windemere-

au bord des lacs Michigan et Huron, dans une région habitée par les

Indiens Ojibways. Ernest Hemingway fera là son apprentissage de pêcheur

et de chasseur sous la conduite de son père qui, après avoir passé un été

chez les Sioux du Dakota, garde une grande admiration pour les Indiens.

Sa mère, mélomane, donne des récitals et des concerts dans leur vaste

maison de ville.

À la High School il étudie les matières littéraires et scientifiques, fait partie

de la chorale et de l'orchestre ainsi que des équipes d'athlétisme.

Excellent nageur, il pratique aussi la boxe. Il a 17 ans lorsque paraissent

ses premiers contes.

Il décide alors de ne pas poursuivre des études universitaires pour

se lancer dans le journalisme et devient reporter au Kansas City Star.

En 1918, il veut s'enrôler pour aller se battre 

 

Michèle Venard

 

(extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents)

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans Auteurs américains
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 18:53

états-Unis

William Faulkner

25 septembre 1897 (New Albany, Mississipi) - 6 juillet 1962

(Byhalia Mississipi)

65 ans

 


William Cuthbert Falkner prendra le nom de William Faulkner

pour signer, en 1919, sa première œuvre connue.

Son enfance, passée à Oxford (USA) reste marquée

par la figure d'un arrière grand-père, aventurier, bretteur et

romancier. Aîné de quatre fils, il est issu d'une vieille famille de

propriétaires terriens ruinés par la Guerre de Sécession,

l'une des sources de son inspiration romanesque.

Il grandit dans une atmosphère empreinte de la nostalgie du Sud

aristocratique et agricole et de rancune envers le Nord

industriel, vainqueur du conflit.

Aussi, lors de la Première guerre mondiale

 

 

Michèle Venard

 

(extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents)

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans Auteurs américains
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 17:41

états-Unis

Herman Melville

1er août 1819 (New-York) - 28 septembre 1891 (New-York)

72 ans

 

Herman Melville naît le 1er août 1819 au sud est de Manhattan, alors que New-York dont le port

est le plus actif de la côte nord-est, conserve un caractère encore semi-rural et

que la ville est touchée par des épidémies de typhus et de fièvre jaune.

Herman est le troisième enfant sur les huit que comptera la famille et qui resteront liés.

Ses aïeux maternels sont des patriciens d'origine irlandaise; du côté paternel,

des négociants écossais avec, eux aussi, dans la famille, un héros de la guerre d

'indépendance américaine, Thomas Melville. Le seul roman historique de Melville

Israël Potter, mettra en scène un héros incompris de cette guerre.

En 1826 alors que l'économie stagne, Allan Melville fait faillite malgré l'aide

de son riche beau-frère. La famille déménage à Albany, puis ira à Lansingburgh.

Après la mort, fou furieux, de son père endetté, survenue le 28 janvier 1832, Herman qui ...

Michèle Venard

 

(extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et aux adhérents)

 

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans Auteurs américains
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche