Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 17:22

Michèle Venard lit

Jeudi 2 février   à 19h précises
Pierre Jean Jouve

Théâtre Pandora 30, rue Keller 75011 code 32 56 Paris métro Bastille
Réservations obligatoires 01 42 39 21 61
Tarif réduit pour les adhérents à l'Association

"Ma nature est sauvage et presque toujours insatisfaite."

Homme des ruptures, frère en poésie de Baudelaire et de Nerval, Pierre Charles Jean Jouve, grand prix de poésie de l'Académie Française en 1966, mort le 8 janvier 1976, est né le 11 octobre 1887 à Arras où il passe ses premières années. Dans son autobiographie, En miroir (1954), il a donné une image triste de son enfance. De santé fragile, il passe, adolescent, des années entre la musique et  la méditation douloureuse. Il cultive la solitude. "L'exil dont je veux parler maintenant est l'état d'exil intérieur et de proscription pour cause de nature, de tempérament, forme de pensée ou manière de vivre". À partir de 1921, après sa rencontre avec la future psychanalyste Blanche Reverchon il traverse une profonde crise spirituelle qui l'amène à rejeter en bloc toute l’œuvre publiée antérieurement.
C'est de 1925 à 1935 que Jouve a écrit la presque totalité de l'œuvre romanesque de sa "seconde vie" - Paulina 1880 (1925), Le Monde désert (1927), Aventure de Catherine Crachat (Hécate, 1928 et Vagadu, 1931), Histoires sanglantes (1932), La scène Capitale (Dans les années profondes et La Victime, 1935)- et ses recueils poétiques : Noces (1925-1931), Sueur de Sang (1933-1935) et Matière céleste (1936-1937). . Avec ses poèmes "témoins" et "prophétiques" Gloire (1940) et La Vierge de Paris, il sera un acteur reconnu de la résistance intellectuelle à l'oppression nazie. Il écrit Tombeau de Baudelaire, (1942) Diadème (1949), Ode  (1950), Proses (1960) et Moires (1962).  Son Don Juan de Mozart, est suivi par la rédaction  en 1953 avec le compositeur Michel Fano d'un autre important essai sur la musique du Wozzeck d'Alban Berg et selon la belle formule de Béatrice Bonhomme "il émigre vers sa Chine intérieure"……(extrait de la notice biographique remise aux spectateurs et rédigée d'après le Site Pierre Jean Jouve de Béatrice Bonhomme et de Jean-Paul Louis Lambert et du Cahier de L'Herne de Dominique de Roux)

 Michèle Venard lira une nouvelle d'Hôtel - Dieu récits d'hôpital en 1915, des séquences
de   En miroir, La scène Capitale,  et de Proses ("La voix, le sexe et la mort") et Le Bois des Pauvres.

 

Merci cher ami; pour cette relance.
Je fais demain dimanche la dernière répétition chronométrée.
Il me semble que la progression est bonne. J'ai trouvé la manière, il me semble, de me tenir à la fois à distance
 ( le pointu) ,  d'entrer dans les mots et de garder l'élévation. C'est très difficile.
J'ai trouvé  deux moments où incruster un bref texte de D de R.
Qq petits obstacles techniques ( pages du livre qui ne sont pas toutes numérotées et rendent le zigzagage dans les séquences  un peu compliqué ( je mets des signets, des trombones..), papier très fin qui colle , très petits caractères) mais le feuilletage aussi se répète.
J'espère être à la hauteur.
J'attends  avec une grande curiosité la séance, et le petit homme au chapeau me scrute.
à jeudi.
très amicalement.
MV

Je viens de faire la dernière répétition.
52' chez moi.
mais mon "liant" disparaît et se dérobe. ...Impression encore différente des séances de répét antérieures
les parties bougent et s'enfoncent, ( élément liquide) puis resurgissent et coulent de nouveau
étrange impression qui happe  et engloutit.
Comme si le corps, de l'intérieur se délitait et que l'effort consistait à faire tenir ensemble ses lambeaux.
  Jeudi, réussirai-je à faire parvenir Sa parole ?
  Très cordialement MV

 

... contre les virus ? Chère Michèle, en ce moment peut-être êtes-vous plus dans un combat contre les virus que devant votre ordinateur pour lire vos courriels...
Mais, hier soir, vous nous avez prouvé une nouvelle fois quelle formidable lectrice vous êtes ! Après le choix des textes de Cendrars il y a un mois, et le très original choix d'hier soir, je commence à voir
ce qui vous intéresse personnellement. Je dirai, en première approche : "construire des parcours originaux avec des fragments insolites".
Comme je vous l'ai dit, vous avez fait avec les "Histoires sanglantes" des choses étonnantes que je n'avais jamais entendues — ni imaginées. Je me demande bien ce que vous pourriez faire avec "L’Histoire d'Ernest", c'est-à-dire "Gribouille" et "Les Rois russes"...
Encore merci pour cette soirée, très amicalement, Jean-Paul
Eh bien, figurez vous cher  ami, qu'après avoir vertement parlé à PJJ que je soupçonnais de m'en vouloir d'avoir choisi un texte renié, j'ai constaté que ce virus qui me brûlait l'amygdale gauche s'était volatilisé. 
En effet, j'ai dit à l'homme au visage à mandibules "ce n'est pas parce que vous - même étiez un malade souffreteux que vous allez me gâcher la voix avec vos histoires."
Pour le "construire des parcours originaux avec des fragments insolites", je suis d'accord . C'est ce que j'ai  fait avec Giono, Boudot, Verlaine, Gracq, Cendrars et Jouve en proposant une séance qui ne soit pas exclusivement composée de Nouvelles. Je dis maintenant plus prudemment "des nouvelles, ou des textes brefs". 
merci de ce que vous me dites et à très bientôt.
Très amicalement à vous et à Christine.
MV
avec Dosto une autre aventure ( elle a commencé à l'adolescence avec la lecture des grands romans, puis avec Jean Gillibert qui a adapté et joué l'Homme du Sous sol,  Nuits Blanches, Les Démons et Les Frères K -où Christian jouait Dimitri )


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche