Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 12:54

Les Gens d'Uterpan racontés par Le Monde

 

«Ils surgissent par surprise au milieu du public quelques minutes avant le début d'un spectacle. Ils grimpent sur le plateau et plongent tranquillement sur les spectateurs façon rock star. Après avoir roulé, portés à bout de bras par les spectateurs jusqu'en haut des gradins, ils remontent en scène, se déshabillent totalement et replongent »

  C’est par ces mots que la critique Danse du journal Le Monde salue le 26-02 10 «les activistes de la compagnie de danse Gens d'Uterpan», compagnie en Résidence, soutenue par les fonds culturels des partenaires institutionnels multiples et exportée à l’étranger.

  Si je pense d’emblée en lisant ce compte rendu, à l’agit prop du Groupe Octobre, mais qui se jouait à ciel ouvert avec un projet subversif et risqué, au Living Théâtre dont la nudité des acteurs avait un sens, aux happening de Jean Jacques Lebel bien tombés dans l’oubli, à Jean-Paul Farré qui dans les années 70 venait sur le plateau, après la représentation et qui, avec l’accord, et du théâtre et du spectacle précédent, offrait une forme brève soutenue par un contenu textuel solide, je tente de réfléchir à ce qui nous est dit .

Car, pour qui sait visualiser et pour qui connaît le fonctionnement d’un spectacle, ce qui est dit des circonstances de cette dramaturgie improvisée semble pour le moins curieux :

«Ils surgissent par surprise au milieu du public quelques minutes avant le début d'un spectacle. Ils grimpent sur le plateau et plongent tranquillement sur les spectateurs façon rock star. Après avoir roulé, portés à bout de bras par les spectateurs jusqu'en haut des gradins, ils remontent en scène, se déshabillent totalement et replongent »

Il semble cependant que les spectateurs venus voir un spectacle de danse n'ont rien à voir avec ceux des concerts rock et ne sont certainement pas prêts à faire rouler bras tendus les acrobates anonymes «qui ont plongé tranquillement», jusqu'au fond de la salle! C'est impensable sans compères dans cette même salle.

 «Nous agissons juste avant que le noir ne se fasse et sans qu'aucune confusion ne soit possible» disent les chorégraphes

Or, avant une représentation, la salle est éclairée et le plateau ne l’est pas. L’ordre du noir complet (hormis l’éclairage des sorties de secours) est donné par une communication entre régie plateau et régie salle et la régie lumière. Comment donc les participants savent-ils quand viendra le noir pour se faufiler juste avant si au moins l’un d’entre eux n'est pas en contact avec la cabine régie ? Et aussi, pourquoi donc le signal du noir n'est-il pas donné si ce n’est volontairement ?

Et encore, comment ces acrobates peuvent-ils accéder au plateau, et une fois sur le plateau, être vus par les spectateurs puisque ce plateau est dans le noir?

10 minutes de happening c'est long. Or tout est décrit dans cet article comme si les spectateurs, venus pour autre chose, étaient immédiatement complices de ce numéro saut et mise à poil parfaitement réglé.

«Au grand dam des danseuses» du spectacle programmé (et saboté), dit encore l’article sans leur donner la parole toutefois, alors que les chorégraphes atteints d’angélisme prétendent que leur intervention n’affecte en rien le travail «suivant», «officiellement présenté».

Comme si un évènement de cette nature n’avait aucune incidence et sur la concentration des danseurs du spectacle et sur leur vérité artistique comme sur la concentration des spectateurs et leur capacité à communier dans l’art. Sauf à traiter artistes et spectateurs comme des flippers réagissant aux pressions des boutons, incapables de profondeur psychique et de ressenti subtil.

 

Ainsi, relayée et par les fonds publics et par la presse, l’opération de communication de Gens d'Uterpan, vue par la critique du Monde, contribue avec succès à dévaluer l’art de la danse.

Partager cet article

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans critiques de théâtre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche