Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 12:04

Pourquoi avoir peur du lyrisme ?


 

J'ai naturellement bien saisi tout le propos politique que veut imprimer le travail du metteur en scène M-L Bischofberger, accueilli à la Maison de la Culture de Bobigny. Mais, d'autant plus qu'il n'y a pas de vraie rupture de ton avec le poème de Shakespeare, le texte de Saint Augustin brouille le propos sur la "démocratie". (Saint-Augustin, c'est l'homme de la théorie des élus, correspondant en petit nombre aux anges déchus, le reste des humains étant pour lui, la massa perditionnis. Augustin est vénéré par le monde chrétien car il a établit, de son vivant, une séparation entre les pouvoirs temporel et spirituel. L'empire Romain s'est effondré, le monde chrétien est resté)

 

Mon observation porte non pas sur le sens du poème de Shakespeare (dont la pensé politique est lisible dans Coriolan) mais sur sa poésie, absente des ventres et des voix.

Ils en sont certainement capables, mais aucun des deux acteurs n'est amené à la dimension lyrique de l'œuvre. Lui surtout est très insuffisant. Elle, peut le faire avec un petit travail technique supplémentaire (elle s'étouffe en gérant sa respiration).

 

En règle générale, le lyrisme s'est absenté des scènes au profit des techniques supplétives de déclamation, voire d'emphase, de prosodie, c'est à dire de romanesque sentimental comme nous l'avons entendu avec Tête d'Or (pourtant Thierry Hancisse avait le tempérament du rôle. et prenait des risques d'engagement fort. Mais a mal été conduit)

 

M-L Bischofberger, elle, évite non sans habileté intellectuelle, de se colleter aux difficultés de la poésie baroque.

Dans Lucrèce, par peur des écueils, évidemment redoutables, tout excès est gommé. L'auditeur et l'acteur sont tenus à distance d'eux-mêmes. C'est ennuyeux.

 

Pourtant, "le lyrisme n'est pas l'emphase. La transe du moi conduit au lyrisme et le narcissisme à l'emphase. Le lyrisme est toujours une dissonance fondamentale qui veut par transe, obtenir la consonance; alors que l'emphase n'est que l'expression gonflée d'un vide, d'une impuissance"

 

L'acteur peut être lyrique sans être emphatique. Une occasion a été ratée de nous le dire, avec ce Lucrèce, par ailleurs soigné, très pro etc. etc. ( tout ce que peuvent dire les profs et les cultureux) mais, pour des sensibilités plus affûtées, à côté, à côté de la "fusée baroque".

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans critiques de théâtre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche