Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 06:46

Le siège de Jérusalem en 70 est l'événement décisif de la Première guerre judeo - romaine qui se termine par la chute de Massada en 73 ou 74.

L'armée romaine menée par le futur empereur Titus secondé par Tibère Alexandre  assiège et conquiert la ville de Jérusalem qui était tenue par ses défenseurs juifs depuis 66. La ville sera mise à sac, et le second Temple de Jérusalem détruit. Seul le mur d'enceinte occidental   subsistera.

Importante aussi pour la théologie chrétienne, la destruction du Temple est un événement majeur pour l'histoire et la tradition juives commémoré annuellement par les Juifs lors du jeûne du 9 av.

      Depuis la prise de Jérusalem par Pompée  en 63, les Romains occupent la Judée et la gouvernent par l'intermédiaire de princes locaux comme Hérode, ou par des procurateurs souvent corrompus, qui suscitent l'hostilité des Juifs.

La révolte de 66, « un accès de fièvre qu'on ne peut comparer qu'à celui qui saisit la France durant la  révolution et Paris en 1871 »  dit Renan , connaît d'abord quelques succès. Les Juifs sous la conduite des zélotes mettent en fuite à Beth Horon, non loin de Jérusalem, la XII légion du gouverneur de Syrie Cestius Gallus, puis s'emparent de Jérusalem et contrôlent alors la Judée et la Galilée, dans un court moment d'unité nationale.  

Mais dès 67 le général Flavius Vespasien reprend le contrôle de la Galilée et de la Samarie . Son fils Titus commandant des légions de Judée quitte Césarée peu de temps avant la Pâque juive 70 pour mettre le siège devant Jérusalem. Il est secondé par Tibère Alexandre, apostat du judaïsme, ancien procurateur de Judée, qui connaît donc la région et qui a déjà massacré des Juifs à Alexandrie en tant que préfet d'Égypte sous Néron. Ils sont à la tête de quatre légions soit environ 24 000 hommes, doublés par autant de soldats recrutés par Titus et encore renforcés par 5 000 hommes de l'armée d'Alexandrie et des garnisons de l'Euphrate, soit plus de 50 000 hommes.

 Jérusalem, entièrement ceinte de remparts, fait à l'époque 7 kilomètres de tour et peut abriter au moment du siège 600 000 personnes. Hérode l'avait transformée par d'importants travaux qui lui avait donné un caractère hellenistique avec ses palais et ses tours qui servent de casernes aux troupes variées qui occupent la ville. C’est alors la ville la plus renommée d'Orient. Au sommet de la ville, le Temple, bâti sur l'Esplanade où l'on voit aujourd'hui leDôme du Rocher et la Mosquée al Aqsa, constitue lui-même une forteresse protégée par de gigantesques murs dont subsistent encore les murs occidental et méridional. Il reçoit les dons de toutes les communautés de la diaspora,  et suscite la convoitise des Romains comme le montre le bas-relief de l'Arc de Titus à Rome qui représente le butin rapporté du Temple.

      Titus met le siège devant Jérusalem peu avant la Pâque 70. Il  fait  aplanir le terrain au pied des remparts de façon à en faciliter l'approche et construire des hélépoles (des tours roulantes) qui permettent à son armée de s'attaquer aux remparts dont ils s’emparent. Dans la ville aux habitants en proie aux querelles internes, la famine fait des ravages. Les Romains construisent une rampe d'accès à l'esplanade du Temple, et progressent malgré la résistance des Juifs qui  essayent de retarder l’avancée en mettant le feu aux différents portiques qui entourent le Temple. Finalement, le 29 août un légionnaire jette un brandon dans le Temple qui s'embrase, et malgré les ordres de Titus, les Romains ne peuvent éteindre l'incendieLa ville sera  rasée. Titus vainqueur retourne d'abord à Césarée, où il donne, en l'honneur de son père Vespasien et de son frère Domitien, des jeux avec des prisonniers juifs, puis il part à Alexandrie d'où il revient à Rome. Là est organisé le spectaculaire Triomphe décrit par Flavius Josèphe lequel ne manque pas de détailler les prises du butin volé au trésor des juifs vaincus.  

 

Aussi avant de "moderniser" Bérénice (1670) en usant de costumes modernes et de décors réalistes, (tous contestables) il est quand même bien intéressant de comprendre pourquoi Titus ne peut épouser la princesse Juive ( Reine de Césarée...) , et de comprendre comment Racine (1639-1699)  parle  de la Cour de leur Roi à ses contemporains, et comment il fait écho à Bossuet (1627-1704) son exact contemporain dont un sermon célèbre qui aura une énorme influence jusque dans le courant du XX ème siècle parle de « déicide » pour la destruction du Temple ?

Et Port Royal dans tout ça ?

Idem pour le "Tite et Bérénice" de Pierre Corneille

      Comment des acteurs peuvent ils aborder de tels rôles sans se nourrir de l’Histoire ? Ils le font cependant.

Même et surtout à la Comédie Française, antre de la dérision, de la stérilisation de la créativité imaginative, de l’intrigue courtisane et du pognon d’état. À refonder de fond en comble.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche