Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 15:28

Le Roi de Patagonie ou Antoine cousu d'enfant écriture et

Le Roi de Patagonie ou Antoine Cousu d’enfant

de Michèle Venard et Jean-Michel Guillery

Mise en scène Michèle Venard

 

Article de Michel Surya créateur de la Revue Ligne et auteur d’un Bataille, après sa vision du spectacle)

….« Comment se structure un désordre mental ? Quels signes rencontre-t-il qui le confortent dans sa position d'élaboration délirante ? Quels signes, et combien sont-ils, a fortiori vrais, qui devancent l'interprétation et la justifient comme telle ? Indépendamment  de tout autre "désordre" ( un désordre national par exemple qui aurait force de réel), commenbt se systématise le désordre en un ordre compulsif  où tout est , par nature, administré du signe, de son interprétation et de leur double et réciproque véracité ? Quel récit est celui du délire, que le délirant organise selon un dessein exemplaire, exemplairee pour lui seulk, mais qui aura pourtant force de loi et de vérité ?

Car à l'évidence , c'est avec la vérité qu'a affaire l'histoire d'Antoine de Tounens;  une vérité révélée et à nulle autre mesurable... sauf à les ployer toutes à sa nécessité, une vérité à caractère hallucinatoire qui, à raison d'une très patiente élaboration, parviendra à tout le moins, à se faire l'égale eds réelles... Mieux à les supplanter. Cette vérité est royale.

 

   Antoine de Tounens est né  en 1825. Tombé en roture puis en vilénie ("il ne nous reste plus rien")  De Tounens, fils de métayer, va devoir aller  chercher l'origine de sa prédestination chez de lointains ancêtres  : croisésq et fondateurs de villes. Substrrat rationnel ?  ou sacral héritage ? Peu importe ! De Tounens n'est rien moins convaincu de sa prédestination à être Roi. Mieux !  Non pas Roi dans l'Ancien Monde... Pour que sa royauté soit sans pareille et sans précédent , Antoine de Tounens veut la sacraliser de l'attribut le plus haut : l'origine : Il se fera Roi d'une terre vierge( vierge d'histoire)  où "l'Ancien et le Nouveau Monde seront réunis ". Ce "fou" ( mais de quelle sorte de fou s'agit-il donc ? ), risée de tous, part à la recherche de populations dont il postule que la virginité historique authentifiera sa croyance absolue à être Roi; ce seront  Araucans et Patagons. Lesquels, de fait, et c'est là  sans doute qu'est  l'insensé de l'histoire, le sacreront Roi-leur Roi. L'insensé, car il est rare qu'un délire_aussi structuré soit-il rencontre les conditions propres )à le justifier depuis son commencement jusques à sa fin . Les trois propositions autour desquelels Jean-Michel Guillery  et Michèle Venard ont construit leur adaptation, "Je suis Roi", Tout est signe", "Tout est vrai"   se trouvent pleinement vérifiées. Antoine de Tounens, quelque hallucinatoire  qu'ait été sa vie, sera bien celui qui sera autorisé à dire de lui-même : "Je suis une exception seule et unique  : j'ai vu ce que je voulais être et je l'ai été" .

 

  Roi,  Antoine de Tounens  l'est devenu. Nn pas un Roi aventurier, mais un Roi  si soucieux de ses sujets qu'aussitôt il épousera leur cause, quand bien même cela devrait lui valoir l'hostilité des siens : missionnaires, consuls et négociants..." Inventeur d'une oeuvre éminemment chrétienne, civilisatrice et commerciale" , de Tounens  suppilerea Dieu qu'il "lui donne la force de combattre les préjugés" . Antoine de Tounens est Roi.. Par surcroît  un bon Roi, n'en déplaisez à qui l'a déclaré fou. Roi, il est colonisateur;  Chrétien, pacificateur. De son époque, de son  éducation, il a les préjugés(en cela il est aussi un missionnaire raciste et arrogant) . De par sa révélation, il s'identifie à ses sujets, nous offrant la farce "sublimée" du pouvoir industriel.

 

  Tout à fait intelligemment (il devient même rare qu’une dramaturgie théâtrale soit aussi intelligente) Michèle Venard et Jean-Michel Guillery ont dépouillé l’histoire d’Antoine de Tounens de tout oripeau psychologisant. Si bien que le Roi de Patagonie qui pourrait n’être qu’une illustration de plus de la folie devient par le même coup une formidable fable sur le pouvoir. Et la mise en scène de Michèle Venard, avec constance, soutient ce renversement de bout en, bout.

Théâtral, Antoine de Tounens l’est par ce qu’a sa folie de grandiloquente et d’irréelle; enfantin, par ce qu’elle a de puéril et de naïf. Tour à tour inspiré et arrogant, démuni et déchiré, ce faux et vrai Roi a l’hystérie shakespearienne. Il est un fou dont la puérile grandeur est de croire que le pouvoir est une moindre folie. Habité, il parle de sa terre comme d’un Royaume; un royaume dont il n’est pas bien sûr qu’il soit de ce monde. C’est sa puérilité de se rêver christique, puérilité que Michèle Venard a inscrite dans la pièce sous les traits d’un double-enfant d’Antoine de Tounens, enfant au luciférien pouvoir de le soutenir dans sa démiurgie. Tout au long de son histoire il sera là. Il est l’enfance en lui de de Tounens. L’enfance du monde aussi, sur lequel il prémédite de régner; sans doute encore (mais ce serait une clé explicative superflue), l’origine; l’archangélique pouvoir au monde d’avant la Faute. De Tounens paraît rêver d’un pouvoir antérieur au péché, comme si ce n’était pas, dans les termes mêmes du christianisme, un contre sens.

 

La mise en scène de Michèle Venard , quelques réserves qu’on soit autorisé de lui faire sur des points de détail, a cette cohérence, cette homogénéité sans faille que nécessite la très serrée dramaturgie. Images produites (belles très souvent) comme acteurs dirigés (Christian Fischer-Naudin, Roch Leibovici, Dominique Péju) répondent d’elles deux, poursuivant avec simultanéité, emphase, et discrétion, hystérie et austérité (le laissant nu pour finir), le mystère de ce qu’a la folie d’Antoine de Tounens de formidablement éclairante; en même temps que d’irréparablement impénétrable.

 

Michèle Venard fait adopter à son Antoine de Tounens, bicéphale, des attitudes «symptomatiques» comme on en voit aux saintes berniniennes, à ses anges aussi, ou aux hystériques de Charcot. C'est-à-dire qu’elle laisse sans réponse la question de l’hystérie et de l’inspiration historiques, du désordre mental et de l’illuminisme religieux. Et c’est toute la force de son spectacle puisque l’un comme l’autre laissent à leur tour sans réponse la question de la rationalité politique, et dans le cas présent, coloniale.

 

«à la grimace du monde, j’ai opposé ma propre grimace, et il est arrivé qu’elle soit plus belle», concède Antoine de Tounens. L’aveu n’est pas d’un délirant; au contraire, il n’est rien moins que Shakespearien. Les images de Michèle Venard sont à la fois retenues et grimaçantes; conformes en cela à ce que présupposait sa dramaturgie. Une dramaturgie exemplaire qui justifie une mise en scène ascétique. Laquelle fait droit à ce que cette folie, apparemment fantasque, a d’aride et de désespérée. Antoine de Tounens meurt en France, dans un asile, seul et déchu de son trône- déchu comme l’ange. «Car qui se trouve malheureux de n’être pas roi, sinon un roi dépossédé» Pascal.

 

Michel Surya

 

  http://www.musee-imaginaire-patagonie.fr/accueil/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche