Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 08:56

   extraits de la correspondance avec Jean-Louis Barrault

publiée dans le livre de Michèle Venard Présence de Jean Gillibert

 

 

Hôtel Royal

Evian

18 juin 1952

Monsieur,

 

Il y a quelques jours nous avons  parlé de vous et du magnifique travail que fait depuis quelques années le groupe Antique de la Sorbonne, avec notre grand ami Albert Camus.

Je lui rappelais combien je vante toujours la représentation  "des Perses", une des soirées les plus belles que j'ai passées depuis la Libération.

Lui  me disait qu'il s'intéressait beaucoup à vos efforts et il ajoutait que parfois vous cherchiez une salle  où pouvoir vous exprimer. Il m'est venu alors une idée.

  .....

Dès notre retour, au théâtre Marigny, en octobre 53, pourquoi ne vous  joindriez - vous pas à nous  pour donner vos représentations à un rythme régulier, par exemple : notre jour de relâche, le mercredi ?

Ce serait la meilleure manière d'établir un contact suivi avec vous et de montrer au public au public, de la façon la plus efficace, le résultat de vos recherches. Enfin, ce serait une excellente occasion de travailler ensemble pour le théâtre.

Tout cela correspond chez nous à un profond désir et ce serait une manière simple et vivante de nous associer; en somme !

Réfléchissez à ce projet. De notre part, sa réalisation nous causerait une profonde joie. Répondez-moi et dîtes- moi votre réaction et croyez-nous bien sincèrement à vous.

 

Jean-Louis Barrault

 

25 juillet 52

Cher Gillibert,

 

            Je pense souvent à la soirée que j'ai passée il y a quelques jours avec vous. Je me dis, " il aurait peut-être aimé avoir quelques précisions de ma part par écrit".

 Les voici :

 

1° Concernant le " groupe Antique". Je serais heureux que le groupe antique, sous votre direction, ....

 

2° Je serais heureux, si vous êtes toujours décidé  à consacrer votre vie au théâtre, que vous fassiez vos premières armes "professionnelles" avec nous. Vous feriez donc partie de la troupe dès septembre 1953- .....

 

3°  Comme je veux que notre "maison de théâtre" puisse de plus en plus marcher toute seule et puisse aussi prendre de l'extension, je veux....

 

Notamment je suis aussi excité que vous par le théâtre tragique, lyrique, noble, peu importe le nom. Vous me comprenez- les Antiques, les tragiques du 16e, du 17e – Racine particulièrement  .....

un secteur de théâtre tragique auquel nous serions peut-être plusieurs à travailler mais dont je vous donnerais la responsabilité. Nous demanderions à Camus de travailler avec nous, n'est-il pas vrai ?

Cela pourrait se concrétiser par vous dès .........nous n'aurions pas perdu notre temps.

 

Voilà les trois points que je voulais vous préciser par écrit, constituant une proposition réelle de collaboration  pour octobre 1953. J'espère en septembre vous revoir.

 

J'ai reçu une très gentille lettre de Camus.  Amitiés  JLBarrault

 

 

25 septembre 1952

 

 

              Mon cher Gillibert,

 

                 A la suite des conversations que nous avons eues, il est entendu entre nous ce qui suit :

1° Vous ferez partie de notre compagnie pour la saison 1953 - 54. .....

 

2° Vous recevrez mensuellement la somme de .....

 

3°  Les répétitions commenceront à partir du ....

 

4° si éventuellement vous êtes libre vous ferez partie de la création de "Christophe Colomb" de Claudel qui doit avoir lieu en .....

 

5° Outre votre travail proprement dit d'acteur que je rendrai le plus important possible, vous vous intéresserez dès  à présent à la formation du petit  théâtre intitulé provisoirement  .................ainsi qu'à l'élaboration d'une sorte de Revue mensuelle de notre activité qui sortira sous le titre provisoire de "Cahiers".

 

Je me réjouis de cette collaboration qui ne se limitera pas, j'en suis sûr, à une simple saison mais qui nous permettra l'un et l'autre de tirer de notre métier les meilleures joies ! et de forger entre nous une véritable amitié.

C'est mon sincère désir; à vous

 

 

JL Barrault

 

 

11 juillet 53

 

 

Mon cher Gillibert

 

  Deux mots au milieu de ma paresse pour vous remercier de vos gentilles lettres. Pour ce qui est du "pied à l'étrier"...........

je te leur en avais envoyé un mot déjà après lequel, à mon humble avis, ils n'avaient plus qu'à s'exécuter.

Au cours de notre cure à Montecatini, j'ai relu Eschyle. Voici ma conclusion :

 

1° Il faut absolument .....

 

2° Voici mon palmarès des 5 tragédies qui retiennent mon attention. J'en exclus "Les Perses" et les Suppliantes ( que j'ai mal monté autrefois) :

 

a)                        une à une c'est

                1 .....

                 2 ........

  les deux plus fortes

 

                3 ......... Bel exercice de bruitage 

                4-5 Choéphores

                      Euménides

 

b)                       par trilogie

                 1 L'Orestie

                 2 Prométhée

                 3 Les 7 contre Thèbes

 

............

Vois-tu, cette nouvelle rencontre de l'Orestie est mûre et j'en ai envie et je voudrais que cela devienne notre prochain manifeste; c'est complet- moderne et urgent

 

Et pourquoi pas, ensuite,  si l'on voulait reconstituer les 4 pièces, ne pas monter le Protée de Claudel ?.........

 

Prométhée, bien sûr..... mais "en morceaux"...... C'est le plus beau buste retrouvé.........

Et dans notre théâtre en bois il faut monter  Eschyle qui n'a pas connu les théâtres en pierre.

 

Je repasse à Paris les 15 et 16 juillet puis les 20 et 21 juillet. Si tu y es, fais-moi signe. Tendresses à Isabelle, et respects à sa mère. JLB

 

                                        


     

 

 

 

Jean Gillibert              ( à Jean-Louis Barrault )

60, rue Velpeau

Antony (Seine)              

                                                        Ce 30 11 61

 

 

 

J'ai attendu  que la nuit  m'apporte son assurance et son poids de conseil pour répondre, par ce courrier, à la décision dont vous m'avez fait part hier.

Je n'accepte plus de participer  à "l'Orestie" dans ces nouvelles conditions.

 

Il y a , sous la blessure narcissique -  qui doit se comprendre et qui a sa raison d'être – une déception plus grave dont celle-là m'a fourni le prétexte.

J'admets mal – eu égard à ce que je suis , à ce que je fais et  à ce que je peux faire, d'être exposé aux difficultés intestines dont je comprends cependant l'existence et la difficulté qu'il y a à les résoudre.

Je vous ai toujours tenu le langage de la franchise et du respect mais notre dialogue ne peut plus être fructeux.

J'ai connu dans votre Compagnie des joies certaines mais il y a des choses qu'il "faut assumer"  comme on dit.

Je me tiens libre et quitte à votre égard- moralement et administrativement- mais c'est avec une profonde nostalgie que je vous dis au revoir.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by michele-venard.over-blog.com - dans des artistes parlent aux artistes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • Le blog de michele-venard.over-blog.com
  • : Lectures publiques d'auteurs de la littérature mondiale. Critiques en mémoire. Les historiens du regard mémoires pour servir à l'histoire du théâtre
  • Contact

activités d'artiste

Michèle Venard lit Alice Munro

2014-2015

2014-2015

 

Metteur en scène d'une quinzaine de spectacles professionnels joués à Paris, en province et à l'étranger, ( dont Kafka, Jarry, Sade...) à la forme théâtrale "rapide, surprenante, esthétique", "mettant comme l'écrit Jean Gillibert, les acteurs en responsabilité de jeu. C'est souvent très fort et peu usité dans le monde actuel, formaliste et esthétisant du théâtre", artiste dramatique, docteur ès lettres et dernière thésarde de Georges Couton, auteur de deux livres d’histoire du théâtre, Michèle Venard, par la lecture expressive, mène aussi, au sein de la compagnie En Perce Théâtre, le projet lectures "à voix haute et nue" © d'auteurs très, peu ou mal entendus.

Atelier nomade souple, suscitant, là où il a lieu, un Studio de Lectures et d'écoute,l'Atelier Permanent de Lectures et d'écoute existe depuis la Revue Parlée de Blaise Gautier au Centre Pompidou,où Michèle Venard, déjà,lisait Gombrowicz, Pound,  ou de Roux... À partir de 2003,  après un accident qui la priva de la marche, elle réactive son activité de lectrice, en province (Kafka, Bachelard, Hardellet, Rilke, Schultz, Bernanos), au Salon International du Livre de Ouessant, à Paris (au Nord-Ouest Claudel, Montherlant, Bloy) à la Maison des Métallos.(mise en scène-événement captée par Radio-France 8 heures de Présence théâtrale de Jean Gillibert, diffusées sur France - Culture),  à la Crypte de la Madeleine ( J-M Turpin)   à la Crypte Saint Denys ( Pierre  Boudot) au théâtre du Centre 6 (Stendhal, Poe, Villiers de l’Isle Adam, James, Verlaine MaupassantTchekhov, Joyce, Yourcenar, Gombrowicz, Highsmith, Mishima), au théâtre Pandora (Woolf, Zweig; Andersen, Pirandello, Moravia, Hemingway, Faulkner, Conrad, Lawrence, Hamsun, Lagerkvist, Morante, Green, Borges, Tanizaki, Andric, Kessel, Morand, Kawabata, Grossman,Giono, Bierce,Rilke, Blixen, Gracq,  London, Baudelaire, Dickens, Cendrars, Jouve, Dostoïevski, Llosa, Wilde, Bounine, Steinbeck, Gide, Joseph Roth, Djuna Barnes

Arthur Rimbaud; Georges Bernanos; Albert Cossery; Michel Ossorguine; Mikhaïl Boulgakov;  Miguel Torga ; F Scott Fitzgerald; Jean-Louis Joliot Albert Camus;  Doris Lessing; Richard Millet; Alice Munro; Gabriel Garcia-Marquez; Paul Gadenne  ...  à l'Odéon (Jean Gillibert) ;  au Grand Auditorium du  Crédit Foncier, au théâtre des  2 Rêves, au théâtre du Petit Hébertot, au théâtre du Gymnase,  au théâtre Branoul de la Haye...

 

"à voix haute et nue"© valorise les circuits courts.

Ainsi, La Compagnie En Perce animée avec l'acteur Christian Fischer, non seulement rédige et actionne des projets artistiques, culturels, ou de formation à l'expression orale et d'initiations à l'art de dire, de Conseil aux dirigeants, des séminaires pour l’Entreprise, mais encore, elle organise, à la demande de ses adhérents, soirées littéraires, (Bachelard à Bar sur Aude, Jean-Marie Turpin à La Madeleine, Pierre Boudot à la Crypte Saint Denys…) lectures, rencontres, conférences, spectacles…

En Perce insuffle, de plus, un nouveau projet, la Fédération de lecteurs

 

 (renseignements à l'issue d'une séance publique)

  programmation saison 2014-2015 «à voix haute et nue»© Lectures publiques de Michèle Venard

Paul Gadenne en lecture publique


 

 

Recherche